Si tu veux rentrer chez toi

J’ouvre mon vendredi-citation à la poésie …

J’aime particulièrement ce poème de Guy Corneau qui nous a quitté en début d’année ( en vrai, je n’aime pas cette formule : qui nous a quitté parce que nul ne sait … bref place à la poésie ! )

Lire la suite

Le Serpent vertueux

Il était une fois un serpent venimeux, dans un trou de rocher, près d’un village, qui tuait beaucoup d’enfants de ses crocs empoisonnés. C’est en vain que les villageois cherchaient à le mettre à mort. Aussi, comme dernière chance, se rendirent-ils auprès d’un saint, dans sa demeure solitaire, et lui parlèrent ainsi :

– Saint Maître, daigne par pitié employer ta puissance spirituelle pour arrêter le monstrueux serpent dans son œuvre de mort !

Le Saint accepta et se rendit auprès du rocher où, par la puissance de son divin Amour, il força le serpent à se montrer. Il lui ordonna alors :

– Serpent, renonce à mordre mortellement les petits enfants du village, pratique la non violence !

Le Serpent en fit la promesse solennelle.

Le Saint partit en pèlerinage. AU bout d’un an, à son retour, il passa près du rocher où demeurait le serpent, se demandant s’il avait tenu parole.

A sa surprise, il le trouva couché, agonisant, portant sept blessures à son dos. Ayant demandé au serpent ce qui lui était arrivé, celui ci lui répondit d’une voix éteinte :

– Ô Saint Maître, j’ai reçu sept plaies à la suite de vos enseignements ! Dès que les enfants se furent aperçus que j’étais inoffensif, ils me lapidèrent chaque fois que je sortais en quête de nourriture. Plusieurs fois je me suis réfugié dans mon trou, mais je reçu pourtant sept plaies au dos. Maître, jadis, les enfants se sauvaient à ma simple vue, mais aujourd’hui, à la suite de vos préceptes de non violence, c’est moi qui suis dans l’obligation de fuir !

A ces mots, le Maître caressa le dos du serpent, le guérit, et dit en souriant :

– Petit sot, je t’avais interdit de mordre, mais non de siffler.

in Gérer ses émotions, des réactions indispensables de Olivier Nunge et Simonne Mortera

 

La Nouvelle Page participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.

{ 2017 }

A vous qui passez lire ces lignes, je vous souhaite une très belle et douce année 2017.

Je nous souhaite de respecter nos individualités, de nous traiter avec bienveillance, de toujours partir explorer de nouveaux chemins, de tenter, d’oser, de relâcher la pression, d’accepter l’imperfection et d’y voir la beauté de l’effort, de rater, de recommencer et d’écrire de nouvelles pages chaque jours 😉 !

A bientôt !

Lecture du week end …

paintBonjour à toutes ( tous )

J’espère que les vacances vous ont fait du bien, que votre rentrée s’est bien passée. Ici, les vacances ont été profitables et je reviens avec pleins d’envies ( à voir si cela coïncidera avec mon planning ceci dit … ) et pas mal de sérénité à travailler ! Lire la suite

Les jugements

oléronS’il y a bien quelque chose qui est difficile à enlever/diminuer dans notre fonctionnement, ce sont bien les jugements …

Quelle que soit la situation, nous jugeons. Et c’est également la source de bien des ennuis. Quand je juge quelqu’un, j’amène une part de moi, de mes idées dans ce que la personne en face de moi traverse. Souvent je ne cherche pas à comprendre ce qu’il se passe en elle, je cherche soit à lui apporter MA solution, soit à me confirmer que JE pense de la bonne manière et que donc l’autre à tort.

Nos jugements sont le reflet de notre état d’esprit. Ils peuvent être positifs ou négatifs. Depuis l’an dernier, je m’applique beaucoup à travailler mon non jugement. A entendre derrière les paroles ce qui se joue pour l’autre. Parfois j’y arrive, parfois non. Et la surprise derrière tout ça, c’est que c’est beaucoup plus facile avec des « inconnus », et bien sur, avec les / mes enfants. Quand je dis surprise, ça n’en est pas vraiment une, parce qu’il y a derrière l’attente ( ou plutôt le jugement ) consciente ou inconsciente de ce que devraient être l’attitude de nos proches. C’est ce jugement là qui est le plus difficile à faire partir. Accepter que l’autre puisse voir en nous une part de lui avec laquelle il n’est pas totalement à l’aise. Car le jugement, quand on l’observe, est un révélateur. Accepter de pouvoir en être blessée. Le questionner pour nous permettre d’aller un peu plus loin dans notre connaissance de nous même et rendre ainsi la « pratique » de plus en plus facile. Cela a aussi de profondes répercussions sur ma façon d’être, je ne les maitrise pas encore très bien ces répercussions, le chemin est encore devant moi … mais je commence à l’apprécier davantage …

Oh ! C’est bientôt la fin de l’année ! ( cadeaux pour les maîtresses inside )

La fin de l’année approche à grands pas, il est temps de penser aux cadeaux pour les maîtresses. Je ne sais pas si vous êtes « pratiquants » ( ou avez été … ) mais moi j’aime bien célébrer la fin de l’année par un cadeau à la maîtresse – toujours selon la volonté de mes enfants  ceci dit, une année mon grand n’a pas souhaité faire de cadeau, j’ai respecté son choix. J’aime avoir cette attention pour la personne qui a eu en charge mon enfant ( et pas que … ) pendant toute une année. Et si le bon d’achat se pratique beaucoup ( et facilite bien la vie, il faut le dire ) mon côté créatif aime bien s’exprimer à cette occasion … Lire la suite

Just Do it

roundLaurence, tu as tapé dans le mille … je me complique la vie … Je suis totalement d’accord avec toi et sprit … Ceci dit, il y a de l’amélioration … Car, c’est une chose de le faire, une autre de s’en rendre compte et encore une autre de s’en libérer … Dans le processus de CNV, on apprend qu’il y a 4 stades ( et je pense qu’ils s’appliquent à beaucoup de domaines également, du moins tous le domaines d’apprentissage )

  • le stade où l’on est inconsciemment incompétent
  • le stade où l’on est consciemment incompétent
  • celui où l’on est consciemment compétent
  • et enfin celui on l’on est inconsciemment compétent

J’apprends donc juste à lâcher prise puisque c’est bien de cela dont il s’agit … Le lâcher prise finalement se fait également dans plusieurs domaines, certains plus simples que d’autres … Ou bien, est ce que tout ne serait il pas relié à la même chose au fond, à savoir l’égo ? Est ce que la vie n’est pas plus simple qu’il n’y parait ? ( Vous avez 4 heures et ça compte pour le bac … )

Alors, je vais tenter des petites expériences avec moi même comme publier ce texte totalement inabouti vous en conviendrez, juste comme une petite introduction à ce que j’ai envie de faire et comme le dit si bien Maître Nike : Just do It …

Belle fin de journée à vous !