Archives pour la catégorie minimalisme

Pourquoi accumulons nous tant d’objets ?

Aujourd’hui je vous propose de visionner une conférence que j’ai trouvé intéressante : Boulimie d’objet, pourquoi accumulons nous tant d’objets ? ( oui, je suis d’accord, ils auraient pu trouver mieux comme titre … ) Je trouve toujours intéressant de lire, regarder, me renseigner sur le sujet, certainement parce que je ne suis pas encore arrivée au détachement que je voudrais matériellement … alors je creuse le penchant psychologique / sociétal …

Cette conférence, animée par Valérie Guillard, nous expose les figures d’accumulation, les enjeux de l’accumulation et enfin ce que cela révèle de notre société.

Si l’accumulation a plus ou moins toujours eu cours afin de prévenir les périodes de disettes, elle s’est quand même renforcée au XIXème siècle et où elle commençait à faire la preuve d’un certain statut social : on gardait parce qu’on avait les moyens. Au fil du temps, une certaine évolution s’est faite sentir : on ne garde plus les mêmes objets ( forcément me direz vous, les i-ph… n’existaient pas encore ), ni de la même façon.

Qui sont les « gardeurs » ? Derrière ce titre, elle classe les accumulateurs en 3 catégories : les collectionneurs, les personnes souffrant du syndrome de Diogène et les gens normaux ( le reste de la population quoi ). En s’attardant sur cette 3ème catégorie, elle affine selon le caractère ( sentimental, financier, … ).

Quels sont les enjeux économiques liés ? Frais de « garde » ( vous savez les box / garages ), revente, consommation et sur consommation, recyclage, home organiser … l’accumulation d’objet génère forcément un sacré brassage économique …

Bref, c’est à voir. Histoire de prendre un peu de hauteur sur le sujet …

 

Zéro déchet dans la salle de bain en vacances

État des lieux avant

J’utilise déjà du savon toute l’année à la maison. Mais quand je pars en vacances, j’achèteais du gel douche … Bio mais du gel douche quand même … pour une question de praticité. Flacon étanche ( sauf quand on ne referme pas bien le bouchon 🙂 ), un seul pour toute la famille et puis, j’avoue que j’aime bien, une ou deux fois par an, l’odeur du gel douche.

Pour le shampoing par contre, je suis restée assez classique, j’ai testé un shampoing solide fait maison et puis, par flemme, je n’en ai pas refait. J’utilisais donc un shampoing bio.

Le dentifrice est classique, bio mais classique.

Le déodorant aussi. J’ai testé des alternatives bio ( Weleda entre autre ) mais je n’ai pas été très convaincue. Je suis donc restée sur du basique mais j’avoue que cela m’embête. Ceci dit, je préfère encore mettre du classique potentiellement dangereux que sentir mauvais … C’est nul mais c’est comme ça …

A la faveur de l’été et de la plus grande disponibilité qu’il nous accorde, j’ai eu l’envie de changer quelques petites choses …

État des lieux après

Pour le savon, j’ai fait l’impasse sur le gel douche et ai trouvé ce savon senteur Monoï. Un délice. Bon, d’habitude je prend des savons saponifiés à froid ( mon petit plaisir à moi … ). Mais j’avais vraiment envie de cette douce odeur de monoï … Cela ne nous a pas changé du quotidien, il y a juste eu l’aspect pratique a gérer … Un savon qui reste dans une douche se délite très rapidement. Je l’ai donc installé à l’extérieur de la douche sur une lingette ( il n’y avait pas de tablette à l’intérieur de la douche ). Ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique mais pour deux semaines, c’est largement gérable !

Pour le shampoing, nous avons opté pour du solide aussi. Le noir sur la première photo pour moi : le Notox de la marque Pachamamaï et pour le reste de la famille le shampoing solide pour cheveux normaux de la marque Secret de Provence ( pour lequel j’ai regretté l’emballage, pour du zéro déchet, c’est pas encore ça … ). Au niveau pratique : j’ai installé le Notox sur une lingette à l’extérieur et l’autre dans la douche. Grâce à sa forme, j’ai pu passé un lien dedans, ce qui m’a permis de le suspendre. Et au final, nous n’avons utilisé que celui là car l’autre est un peu trop abrasif pour mes cheveux. J’ai les cheveux qui graissent vite car j’ai les cheveux fins ( ou du moins qui me semblent vite gras … ). Mais j’ai aussi le cuir chevelu sensible et là, cela m’a donné des pellicules … donc si cela montre bien son efficacité, je pense qu’il n’est pas adapté à ma nature de cheveux … ou aux conditions ( bord de mer ). Je retesterai d’ici quelques temps pour m’en assurer …

Le dentifrice est le Crystal de Pachamamaï. Plutôt pas mal comme système ! J’hésitais entre celui ci et celui de Lamazuna. Mais ce que j’en avais lu à une époque m’en a dissuadé pour ces vacances ci. Et puis il me semblait moins pratique ( mais pas dit que je ne le teste pas un jour … ). Un dentifrice dans une petite boîte me semblait plus adapté. Je l’ai trouvé très agréable à utiliser et je l’utilise encore avec plaisir. Il laisse un goût très frais dans la bouche !

Le déodorant est aussi de Pachamamaï. C’est le Fresh Up. Il a été parfait en vacances. Je ne sais pas si c’est dû au climat ou à la température, je vais voir s’il est aussi efficace sous le climat toulousain … mais pour l’instant, j’en suis ravie !!!

J’ai acheté beaucoup de produits Pachamamaï qui est une marque que j’avais envie de tester. Les produits Pachamamaï sont un peu onéreux, ceci dit, cela ne me dérange pas de mettre le prix pour des produits de qualité et qui durent plus longtemps. Pour l’instant, en dehors du shampoing qui n’est peut être pas adapté à ma nature de cheveux, c’est un sans faute ! Et c’est une marque française, éthique, vegan et cruelty free, ce qui n’est pas pour me déplaire.

 

Pour faire du vrai zéro déchet, il aurait également fallu se pencher sur les cotons tiges, véritable fléau des mers. J’ai vu que Lamazuna avait créé l’oriculi, je testerai certainement, pour l’instant, j’avoue que je suis un peu frileuse des oreilles ! Si vous l’avez testé, je veux bien vos avis ! Et si vous  avez des chouchous en terme de « solides », n’hésitez pas à partager également !

Belle journée à vous !

 

Minimalism

Non, non, je n’ai pas fait d’erreur ! Minimalism, c’est le titre du documentaire des Minimalists : deux américains, blogueurs de leur état, qui parlent vous l’aurez compris, de  … minimalisme.

Le minimalisme ce n’est pas, comme on me l’a dit hier, vivre sans rien acheter. Non, le minimalisme n’est pas la simplicité volontaire. Bien sûr que minimalisme et simplicité volontaire vont tout de même souvent ensemble. Le minimalisme c’est vivre avec moins. Peu importe combien coûte vos objets, le gaspillage que vous faites ou pas, le tout est de vivre avec l’essentiel. Là encore, cet essentiel diffère selon les personnes. Mon essentiel ne sera pas le vôtre. On ne compare pas. Même si certains vivent avec 100 objets ou moins, il n’y a pas de concurrence à faire dans le minimalisme.   Vivre avec l’essentiel, plus simplement. Voilà le crédo du minimalisme. Certains y ajouterons la qualité, le luxe, d’autre la facilité.  More with less.

Ce documentaire, je l’ai abordé en me disant que je n’apprendrais rien de nouveau ( bon état d’esprit s’il en est 🙂  ! ). Et effectivement, je n’ai rien appris. Mais il m’a apporté. J’ai d’abord été contente de voir des blogueurs que je lis parfois : Léo Babauta, Joshua Becker, Courtney Carver ( du défi 333 ) … Et puis, il m’a rappelé ce que j’ai un peu perdu de vue ces derniers temps ( ou du moins que je n’arrive pas forcément à mettre en pratique comme je le voudrais et que j’ai laché …  ), cela m’a remotivée à vivre mieux avec moins. A simplifier ma vie. Nous n’avons qu’une vie. Autant la vivre bien. Alors, bien sur, je ne fais pas parti des plus gros consommateurs au monde, mais je le suis suffisamment pour tomber dans le panneau parfois. Cédant aux sirènes de la consommation, à l’attrait de la nouveauté, à la fatigue, au comblage de vide tout simplement. Il est temps pour moi de renouer avec ce qui compte.

Je suis heureuse de vivre dans un monde qui nous permet un accès si vaste à l’information, qui nous lie ( autant qu’il peut nous opposer, nous sommes bien d’accord mais tout est affaire de préférence et mon choix va plutôt vers la ré – conciliation ). Aussi, je vous encourage à voir ce documentaire si vous êtes sensibles au sujet ( disponible sur Netflix, amazon, viméo … ) ainsi que les deux conférences Tedx ci dessous.

Je vous joins leur message parce que je le trouve beau et parlant :

{ Love people, use things because the opposit never works. }

Aime les gens, utilise les objets parce que l’inverse ne marche pas.

 

Et le désencombrement dans tout ça ?

vagues

Je te remercie Ingrid pour ta question et je choisis d’y répondre par le biais d’un article car ce serait beaucoup trop long pour un commentaire … La question étant : où j’en suis de mon désencombrement et est ce que cela tient dans le temps ? Bonne question, et je préviens tout de suite, ma réponse va être longue …

Il me semble qu’il y a plusieurs façons d’arriver à l’envie de désencombrement ( au moins deux, si vous en voyez d’autres n’hésitez pas à me les signaler en commentaires ). Cela peut être une finalité parce que notre vie change / a changé, notre façon de consommer, nos aspirations écologiques ont évoluées et naturellement nous souhaitons posséder moins pour être en accord avec nos idéologies. Et puis cela peut être un début : dans les moments où l’on se sent embourbé dans notre quotidien avec l’impression de suffoquer, de ne rien maitriser dans/de notre vie. Dans cette situation, le désencombrement fait office de starter.

Pour moi cela a été un début, j’en avais besoin pour me clarifier les idées, je le voyais peut être aussi comme une expiation ( allons y carrément, n’ayons pas peur des mots 😉 ), quelque chose qui me sauverait. Un environnement plus vide, mieux organisé et donc moins douloureux. Un dérivatif aussi, désencombrer cela m’évitait de penser au reste. C’est ce qui, à mon sens, fait que cela devient hyper addictif. Seulement, une fois que l’on a désencombré, on se retrouve bien dépourvu, n’ayant plus de matière première … ( D’où, également, mon idée initiale d’aider les gens à le faire chez eux ! ) Ainsi, pour le désencombrement, je n’ai pas eu de réel souci, il me reste bien quelque petites choses et si cela me désespérait au départ de ne pas être « capable » de m’en débarrasser, de ne pas arriver à correspondre à l’idée que je me faisais du parfait petit minimaliste, aujourd’hui je suis beaucoup plus sereine avec cet état de fait, je ne peux techniquement pas vivre dans une cellule monastique. Rien que parce que les personnes qui partagent ma vie ne le souhaitent pas … Et rien que ça, ce n’est pas rien mine de rien ! Et puis, en cours de route, je me suis rendue compte que plus que du désencombrement, il me fallait une organisation ( et ça, j’en reparlerais peut être ). Dans ma tête, c’était simple : si je ne possédais plus rien ou presque, je n’aurais plus de soucis d’organisation ! Or, ça n’est pas vrai, encore une fois, cela participe à la clarification mais ça ne fait pas tout … Il m’a donc fallu revoir mes priorités là aussi ! ( Et puis surtout, essayez d’organiser quelque chose quand vous n’avez plus de meubles … 🙂 )

Et puis entre temps, j’ai continué mon petit chemin de développement personnel, j’ai découvert des choses, la bienveillance notamment. Envers moi principalement. L’autre, je connaissais et pratiquais déjà plus ou moins. L’estime de soi. Concept fabuleux là aussi … Le droit à l’erreur. Le droit à la beauté, au bien et au bon. Ça sonne peut être un peu cucul la praline ce que je raconte mais mon dieu, ce que cela fait du bien quand on ne s’est jamais jugée « assez bien » pour tout ça !

Alors, j’ai fait des frais, au final pas tant que ça, mais je me suis fait plaisir. Parce que je le mérite. Pas comme dans la pub, non, mais j’ai investi dans ce que je pense être bon pour moi, pour ma santé, pour mon goût/ envie du beau. J’ai réencombré certains endroits. Et naturellement, j’en désencombre d’autres. Au fur et à mesure, sans que cela sonne aussi fort qu’au départ. Et l’équilibre se fait entre ce qui me fait plaisir et le reste …

Aujourd’hui, j’en suis rendue à moi : à ma représentation de moi même, ce que je suis, mon rôle dans la vie. Là aussi, beaucoup d’idéaux, du désencombrement également pour laisser tomber mes représentations ou celles des autres mais cela fait son chemin petit à petit. Et j’ai l’impression que c’est moins douloureux en fait, étant d’abord passée par du matériel … C’est Sénèque je crois qui disait  » Connais toi toi-même  » … Je crois qu’en 2000 ans, on a rien inventé de mieux …

Je ne sais pas au final si j’ai répondu à ta question Ingrid, en tout cas, cela m’a fait du bien de réfléchir à ça et je t’en remercie !

Bonne fin de journée à vous tous et merci d’avoir pris le temps de me lire ! J’attends vos commentaires / questions avec grand intérêt !

Un Noël sans jouet

20151223_143151Oui, j’ai osé. Je vous avoue tout de même que je n’en menais pas large. J’ai eu très peur de la déception que cela pouvait provoquer.

Une semaine de vacances tous ensemble à Noirmoutier et une journée au Futuroscope.

C’est tout. Notre cadeau. Et notre cadeau c’était tout ça en fait … Lire la suite

Demain commence l’Avent …

IMG_20151129_113335

Comme je vous le disais, cette année, j’attends Noël avec impatience. Cette année, je continue sur ma lancée moins et mieux. Cette année encore je privilégie le temps de qualité passé avec mes enfants ( les pauvres allez vous finir par me dire 🙂 )

On peut trouver des tas d’idées de calendriers de l’avent originaux sur le web (notamment ici vous en trouverez 60  ), moi, j’ai décidé de me simplifier la vie et de réutiliser pour la troisième année mon tableau customisé sur lequel j’accrocherai chaque jour la nouvelle surprise.

Cette année ce sera des petits bons uniquement, bon pour un après midi spécial, bon pour une soirée cinéma, bon pour cuisiner avec papa ou maman, bref, vous avez compris le principe !

J’en ai trouvé un tout prêt chez Midi trente pour me donner des idées … (Vous pouvez aller voir, il y a des petites choses sympas à télécharger ! Et je vous l’annonce tout de suite, vous allez trouver de plus en plus de lien et de documents concernant les enfants par ici dans les prochains articles … )

12274368_1092604404092504_6409099973257933397_n

Vous avez également ceux de Vie de Miettes qui sont superbes pour préparer un petit calendrier spécial moitié par exemple ( notre conjoint quoi … ) ou même pour nous même parce qu’on a toujours trop tendance à s’oublier !

calendrier-avent

Et vous, vous le pratiquez comment le calendrier de l’Avent ?

Préparer Noël

20151028_084003Cette année, avec l’accord des enfants, il n’y aura pas grand chose sous le sapin. Nous avons prévu de nous faire à chacun un petit cadeau. ET un gros cadeau commun. PARTIR. Oh, bien sur, pas longtemps et pas très loin, mais partir pour profiter réellement des moments à passer ensemble. Cela limite la course aux cadeaux pour notre famille ( pour nous et nos proches puisque nous leur proposons de participer à notre « cagnotte voyage » ), les choix cornéliens et satisfait mon envie de plus en plus grande d’être en concordance avec ce que je pense.

L’an dernier, j’avais amené le principe du cadeau unique dans le principe je l’aurais voulu aussi éthique et durable mais je m’étais fait « avoir » : ma fille avait envie de la poupée qui est sensée parler avec toi, Cayla. Ayant moi même eu une poupée qui parle (- qui m’avait très vite agacée avec ses 3 phrases : Maman, je t’aime, j’ai faim et encore une fois   ), je me suis dit qu’elle avait bien le droit elle aussi de vivre une expérience du genre … L’expérience a duré 1 jour ( pour mon plus grand bonheur j’avoue )  … Ladite poupée ne fonctionnant qu’avec 1 application qui elle même ne fonctionnait pas terriblement bien, nous avons gentiment ramené cette copine au magasin qui a bien voulu nous la reprendre. Une preuve de plus si j’en avais besoin que nos enfants se fichent pas mal des cadeaux dans le fond. ( Bon, j’ai encore eu besoin de bien me l’ancrer en offrant un Furby à mes enfants à leurs anniversaires – ma fille en voulait un depuis 1 an et demi … – des petites choses bien sympathiques qui ont servis 2 semaines chacune … ). Mon esprit minimaliste à tendance sobriété heureuse se trouve fort malmené en périodes festives vous en conviendrez  … Ceci dit, toutes ces petites expériences construisent aussi notre cheminement familial mieux que tous les discours que je pourrais leur faire ( et avantage collatéral, je me rend aussi parfois compte que mes idées ont aussi des failles ! )

Ce n’est pas sans appréhension que j’ai proposé l’idée à mes enfants … L’enthousiasme dont ils ont fait preuve m’a fait chaud au cœur ! Nous allons donc faire un tour du côté du Futuroscope pour Noël, et d’ailleurs si vous connaissez des choses intéressantes à voir aux alentours, je suis toute ouïe ! Pour tout vous dire, ça faisait longtemps que je n’avais pas attendu les vacances de Noël avec autant d’impatience !!!

Et vous, vous avez prévu quoi pour Noël ?

Bon week end à tous !

 

Le minimalisme et le désencombrement

figs, woods, and whites

Source

Cet article aujourd’hui est inspiré par le commentaire de Laetitia, parce qu’elle me dit qu’elle a des idées d’organisation mais pas de désencombrement … Et là, je trouve que c’est le moment idéal pour moi pour faire le point …

J’avais lu une phrase un jour que j’ai noté sur le coup mais sans noter la source, je sais que ce n’est pas déontologiquement le mieux à faire, donc si vous connaissez la personne à qui appartient cette phrase, je corrigerais. Cette phrase la voici :

Le minimalisme ce n’est pas un manque de quelque chose, c’est tout simplement la quantité parfaite de quelque chose.

Et je trouve que cela résume tout et décomplexe également terriblement ! Je peux tout à fait être très  » anorexique  » sur certaines choses et un peu plus  » boulimique  » sur d’autres tant que pour moi cela correspond à une quantité juste, qui me convient. Vous avez un placard rempli de vêtements et vous ne ressentez que plaisir et satisfaction quand vous êtes devant ? Vous portez tous les articles ou presque et c’est votre plaisir ? Et bien tant mieux ! Ne changez rien ! Pareil pour les boucles d’oreilles, vernis, accessoires de cuisine, pelotes de laines et j’en passe. Tout est une question de perception, et justement si vous avez une certaine quantité de quelque chose, que ça ne vous pèse pas mais que vous ne savez pas comment le caser, là vous avez besoin de l’organiser pour que ce soit pratique et agréable à utiliser et que ça ne devienne justement pas une contrainte. Et c’est là mon objectif ! Alors c’est sur que pour moi, l’organisation commence par du désencombrement, parce que nous avons toujours des choses inutiles chez nous qui nous encombrent et nous pèsent même sans qu’on arrive à le définir vraiment. C’est sur ces choses là qu’il faut s’axer quand on désencombre. Faire le vide permet aussi et surtout de faire de la place à ce qui est important pour nous. Conserver le beau, utile et pratique tel est mon crédo ! 

Donc Laetitia, surtout n’hésite pas ! Je serais curieuse de voir ce que donne ta grille de barbecue en accroche boucle d’oreilles ! Et puis je suis bien d’accord que cela doit plus aider à en changer de les voir qu’enfermés dans une boîte …