Archives pour la catégorie Non classé

Évolution

Parfois, je pense évoluer. Vers plus de sérénité, d’acceptation, de lâcher prise. Et puis, il arrive ce moment, celui ou un événement fait basculer ma belle confiance toute neuve … Et alors je peux tout remettre en cause : ma confiance en premier lieu, mon envie parfois, le sens de ma vie …

Récemment c’est arrivé. Et j’ai aussi constaté que ce moment de découragement était beaucoup plus court. Je reprend de plus en plus vite le dessus. Là où j’aurais eu besoin de plusieurs jours / semaines, je suis capable de me « remettre en selle » en quelques heures ! Et je suis aussi capable de m’en rendre compte en temps réel ou presque ! Je trouve le mécanisme humain assez fabuleux. Voir que la prise de conscience se fait quasiment toujours sur le même modèle est assez rassurant en fait.

Pour progresser, l’être humain passe par 4 phases : l’incompétence, la conscience de l’incompétence, la compétence consciente et enfin la compétence naturelle.

Je suis donc en transition vers la compétence consciente sur la connaissance de moi même. Quel soulagement de voir que le travail personnel prend forme ! Que je lâche enfin certains modèles de fonctionnement ! C’est beaucoup plus long que la prise de conscience seule mais c’est aussi beaucoup plus profond et donc beaucoup plus efficace !

Pour y arriver, on en revient quand même toujours à la même chose : la pratique. On ne peut espérer évoluer sans pratiquer. De la même manière qu’on ne progresse pas en sport sans s’entrainer, on ne simplifie pas sa vie sans la désencombrer, c’est pareil pour le mental … Cela demande une constance, beaucoup d’amour, de compréhension, de patience … et un accompagnement. Quand je vois les progrès que j’ai fait en étant accompagnée ! Je suis bien heureuse de m’être lancée !

Et le meilleur, c’est que passé une période un peu compliquée, c’est un cercle vertueux : on est alors plus à même de reconnaître les progrès, qui eux même nous encouragent à continuer sur notre lancée, on rencontre des personnes « connectées » à notre état d’esprit, ce qui encourage également notre volonté, on éprouve plus de gratitude pour ce que l’on vit, ce qui aide à prendre de la hauteur et ainsi de suite … Je ne dirai pas que je ne suis que joie, il ne faut pas exagérer non plus 😉 mais il est vrai que je suis de nouveau plus encline à la sérénité …

Belle journée à vous !

 

L’amour ou la peur

tulipesCela fait un moment maintenant que j’ai envie d’écrire cet article. Ce qui m’en a empêché ? Peut être bien la peur ! … Ce qui m’amène à l’écrire aujourd’hui ? Peut être bien l’amour !  😉

L’amour et la peur sont pour moi les deux émotions / sentiments / sensations principales dans nos vies. Quand nous agissons, nous le faisons soit par amour, soit par peur.

Toutes les autres émotions y sont finalement rattachées. Lire la suite

En forme en 2016 #2

Le sport

Je ne suis pas une grande sportive, j’aurais pu être « bonne » mais je n’avais pas la foi. Le seul sport que j’ai pratiqué avec plaisir était la danse. Et même dans la danse, ce que j’aimais par dessus tout c’était les étirements, la barre et la barre au sol … Quand je pense que je voyais mon pied de l’autre côté de ma tête, j’avoue que j’ai des petites envies de souplesse qui me reviennent ! Le spectacle de fin d’année ne m’emballait pas plus que ça, lui par contre … Avec l’âge et le changement de vie, je n’ai pas continué. J’ai lâché.

J’ai fait du yoga pendant 2 ans. Cela me faisait du bien. Puis, les horaires des cours ne me convenant plus, j’ai  lâché. J’aurais pu continuer à la maison avec des tutos sur internet, non, j’ai lâché.

J’ai tenté de me mettre au footing/ jogging fin 2014 début 2015. C’était plutôt chouette, je me lançais de petits défis, c’était vraiment MON moment. Puis j’ai commencé à travailler, il a fait froid et on a commencé à m’accompagner … Et là, ça n’a rapidement plus été un plaisir, nous n’avions pas le même rythme ni les mêmes horaires. Ce qui était une source de dépassement de soi devenait une compétition à l’autre et  même gentille, je ne devais pas être prête à partager ce que je considérais comme des faiblesses et entendre ce genre de phrases  » mais si pousse un peu, tu peux le faire et puis il faut bien souffrir pour progresser » m’était insupportable. Je courrais pour ME faire plaisir, à MON rythme. Alors j’ai lâché … J’aurais pu persévérer un peu, y retourner toute seule … Non. J’ai lâché …

En août 2015 j’ai retenté le sport avec Fitnext. C’était plutôt bien mais je ne lui ai pas trouvé sa place dans mon quotidien. J’ai lâché.

Je suis une fille qui se saisit de la difficulté pour abandonner ( et pas qu’en sport, mais ce sera pour un autre article… ). Or, en 2016, année magique (si si, vous verrez ! ), j’y crois ! Je travaille ma sécurité intérieure et elle passe également par le fait de se sentir à l’aise dans mon corps. Pour la demoiselle souple que j’étais, sentir la raideur m’envahir est devenu un peu insupportable. D’autant que je sais que faire du sport m’amènera également des bénéfices au niveau de mes migraines.

L’équation était simple : souplesse + musculation légère mais profonde = YOGA !!!

Le yoga représente tous ces aspects avec un côté spirituel en plus. Tout ce qui me plait !

Seulement, je repars de très loin : je ne touche même plus le sol en me penchant … Je suis donc loin de toutes les postures que je peux voir sur instagram … Ceci dit, si j’arrive déjà à m’assouplir, ce sera fantastique ! L’autre condition à prendre en compte : je n’ai pas le temps, ni l’envie d’aller à un cours pour le moment. Ma solution : me débrouiller par moi même le matin au réveil.

Comme je ne suis pas assez douée pour faire mes séances moi même, j’ai acheté ce livre : Le Yoga qui soigne de Tara Stiles

Cela fait un peu plus de 2 semaines que je me lève 30 minutes plus tôt pour faire ma petite séance. Je fais une séance d’une 15aine de minutes et j’en ressens tous les jours les bienfaits ! Ce livre est extrêmement bien fait je trouve, il y a entre 3 et 10 postures pour chaque « douleur ». Celles que je fais tous les matins sont les postures qui correspondent à la migraine et à la tension nerveuse. Et le truc incroyable, c’est que plus je pratique plus j’ai envie d’ajouter de nouvelles postures ! J’y prend goût petit à petit sans rien forcer ! Je trouvais ridicule au départ de ne faire que 3 postures mais ce qui compte c’est de s’y mettre, non ? Je suis heureuse de me lever tous les matins pour aller faire mon yoga ! (et ça, ça faisait longtemps que ça n’était pas arrivé et ça fait du bien !!!!! )

Une autre chose à laquelle je fais particulièrement attention c’est mon souffle, ma respiration. Ce n’est pas du sport à proprement parler j’en conviens, encore que … Je vous en avais déjà parlé ici. Il s’agit de la cohérence cardiaque qui est particulièrement efficace elle aussi pour détendre et dénouer les tensions.

De la douceur et de la bienveillance dans l’entretien de mon corps donc pour cette année 2016. Cela peut sembler léger mais ce sont des petits pas effectués chaque jours qui nous conduisent le plus surement …

Pour finir, je partage avec vous la salutation au soleil  et la liste de ses bénéfices :

salutation au soleil

*renforce le corps *aide à lutter contre l’insomnie *améliore la posture *améliore la tonicité musculaire *améliore la fonctionnalité des organes internes *aide l’esprit à se relaxer *améliore la souplesse *aide à brûler l’excès de graisse *contribue à renforcer la concentration *améliore la circulation sanguine

A très vite et Beau week end à vous  !

Ce que la colère essaie de me dire …

soir d'étéJe crois que depuis toute petite, je suis une fille en colère. Et si c’est un état que je maîtrise assez bien, en revanche, je ne maîtrise pas l’émotion. Car la colère c’est une émotion qui est là pour nous indiquer un dysfonctionnement. Elle est notre sonnette d’alarme personnelle quand notre espace et notre intégrité sont malmenés.

La colère m’a beaucoup rongée, je dis rongée parce que chez moi la colère est assez souterraine, je ne la réserve qu’à des gens très proches (!) Bizarrement, on me considère souvent comme quelqu’un de très serein, zen, apaisant. D’un côté, c’est assez flatteur pour moi parce que c’est quand même mon idéal. Je n’y suis pas. J’en suis encore à subir cette émotion et à me demander ce que cela cache. Quel est le besoin derrière qui a été malmené. Et je suis loin de la personne méditante qui observe calmement sa colère venir et passer tel un nuage.

Ma dernière colère a été plutôt longue. Identifier que c’était de la colère a déjà pris pas mal de temps. Se réveiller et se coucher dans un état de malaise sur une longue période est épuisant. J’ai fini l’année sur les rotules. Vraiment. ( pas besoin d’être en colère pour ça me direz vous, une fin d’année est toujours épuisante ! ) Mais là, plus d’envie ou un peu trop, de la frustration à gogo, pas assez de temps, l’impression désagréable de me faire envahir, avoir, d’être prise pour une andouille. Bref, des sentiments loin d’être plaisants !

Je sais déjà que je fais des projections irréalistes sur certains sujets (peut être même bien  sur tous ! ). Me le dire m’a déjà beaucoup apaisée. J’y travaille et je sais que je dois encore travailler.

Je sais aussi que la colère d’un des petits garçons que j’ai accompagné n’y était pas pour rien. Je crois que j’ai un côté hyper empathique un peu handicapant.

Je sais qu’il y a des livres qui parlent du sujet. Pour le moment je n’en ai pas lu.

Et puis, il y a cette envie de détachement. Je ne veux pas passer mon temps à être en colère. Poser des mots aide beaucoup. Mais pas que par écrit. A l’oral. A quelqu’un. Et ça c’est assez nouveau pour moi. Parce qu’autant, je montre facilement que je suis en colère, autant je n’en donne pas forcément la raison. Et l’entourage s’imagine souvent que c’est une action proche qui en est la cause. Or, cette action n’en est que le déclencheur externe pas l’origine. Et cela me mettais encore plus en colère que l’on puisse me réduire à quelque chose d’aussi petit. Mais en étant honnête avec moi même, c’est logique que personne ne s’en rende compte avant si je ne l’exprime pas. Mais c’est difficile. C’est difficile d’exprimer des choses qui nous rendent inconfortables sans blesser l’autre en face. En théorie, je sais le faire. Avec des enfants je sais le faire. Avec un adulte, je ne sais pas. Ça remue trop de choses, ça bloque.

Alors j’essaie quand même. Ça rate souvent. Ça ne vient pas quand il faut. Mais ça sort petit à petit. Je vais même faire une formation CNV. Il me tarde. Le côté positif, c’est que je vois que tous les efforts que j’ai fait pour être bienveillante avec moi même ont fonctionné. Je ne suis plus dans la culpabilité. Et ça, c’est déjà énorme ! Et peut être qu’un jour, je serais capable de voir la colère arriver, la regarder passer tel un nuage et repartir telle qu’elle est venue …

 

 

Les pauses qui s’imposent ou la nécessité de l’action

fleurs

Un peu paradoxal mon titre, j’en conviens … et pourtant ! Je ressens de plus en plus le besoin de faire des « pauses » de virtuel pour me plonger en plein dans le réel. De belles choses sont en train de se construire, là, dehors. Je vous en parlerais bientôt, même si cela n’a pas de rapport direct avec ce qui s’écrit ici. Le rapport se situe dans l’épanouissement personnel, les voies que l’on trouve et qui se conjuguent avec nos envies profondes. Le sentiment de bien être quand on se sent à la juste place. Il n’est pas toujours présent ce sentiment cependant, il faut parfois un peu le titiller, aller le chercher un peu plus loin quand il se cache sous la peur, la culpabilité, l’angoisse. Mais on y arrive. Et de plus en plus facilement. Si si, je vous assure !

Agir. Faire un premier pas et puis un suivant. J’en ai fait beaucoup des pas ces derniers temps. Je me suis rendue compte que j’étais perfectionniste. Que cela me bloquait car je ne pouvais rien faire avant d’être sure que ce soit parfait. Or, vous le savez aussi bien que moi, la perfection n’est pas de ce monde … C’est difficile à accepter parfois ( souvent dans mon cas ! ). Alors, encore une fois, une histoire de petite fille à soigner. Les maux de l’enfance sont parfois nombreux et sournois. L’entourage est parfois aidant, parfois non. Mais dans tous les cas, c’est à nous de faire ce chemin, personne ne peut avancer pour nous. Certes, on peut trouver des béquilles en route, et elles nous aident le temps nécessaire, mais il est tout de même plus agréable d’avancer sans boitiller.

Et puis cet espace qui me manque, et en même temps, une hésitation quant à la forme à lui donner, à cet espace. Alors, ma foi, je vais faire comme je fais dans la vie maintenant (ou du moins comme j’essaie de faire ), enlever mes barrières, ne pas attendre l’inspiration parfaite. En ce moment, j’ai envie de vous proposer des traductions d’articles que je trouve inspirants. Et puis, revenir sur le défi du lundi, mais peut être en mensuel, parce que certaines transformations prennent du temps. Pour le dernier concernant la gratitude, je ne sais pas si vous l’avez suivi, ce que vous en avez retiré … Pour moi, prendre conscience de la chance que j’avais, des portes qui s’ouvraient, de ce que la vie m’apportait à été fantastique (et est toujours parce que je continue même si je ne le dis plus publiquement sur fb par exemple) et en même temps, cette confirmation que la vie t’amène ce qui t’es nécessaire a aussi été douloureuse. Que de temps perdu et de possibilités refusées ! Mais je sais aussi que m’appesantir sur le passé, ne m’aidera pas. Alors, j’avance. Cette gratitude m’a aussi amenée à me questionner sur les jugements que je pouvais émettre peut être un peu facilement. On y reviendra, mais ce fut une grande source d’apprentissage là aussi.

Des pauses qui sont donc nécessaires pour avancer dans des domaines différents ou tout simplement recharger ses batteries. Et vous, vous ressentez ces besoins de pauses par moment ? Vous ont elles déjà amené vers des lieux insoupçonnés de votre personnalité ?

Je vous souhaite une belle journée !

Suivre ses blogs préferés

Pour suivre un blog, vous avez plusieurs possibilités : vous abonner à la newsletter, suivre vos blogs via Facebook (beaucoup de blogs s’y sont mis et moi aussi tant qu’à faire même si j’ai du mal pour l’instant à y mettre autre chose que les liens vers mes propres messages, une question de reflexe sans doute …), instagram, tweeter, pinterest, google + … On peut dire que nous avons le choix ! Pour ma part, j’avoue que je suis assez traditionnelle : par mail pour les blogs qui me sont particuliers -que j’ai ou non un lien spécial avec l’auteur- ils sont peu nombreux, moins d’une dizaine certainement … et mon autre manière de les suivre c’est via Google Reader… Ultra pratique, c’est un agrégateur de flux, vous avez tout vos blogs réunis en un seul lieu avec leur actualité. Or, il s’avère qu’ils clôturent cette application au 1er juillet.  Annonce qui a eu un effet assez retentissant : comment allait on faire ? Heureusement, des agrégateurs de flux, il y en a d’autres ! Pour ma part, j’ai choisi Bloglovin. Vous avez d’ailleurs pu voir cet icône sur le côté :

Follow on Bloglovin

En cliquant dessus, vous pouvez donc suivre ce blog (et d’autres, je ne suis pas sectaire ! ) en toute simplicité ! Voici comment cela se présente :

Ici, vous pouvez vous inscrire soit sur la base de votre profil facebook, soit sur la base de votre adresse mail (sign up with email). Ce que je trouve très intéressant avec bloglovin, outre la présentation plutôt agréable, c’est que vous pouvez choisir de recevoir un avertissement à chaque message posté sur un de vos blogs, un message par jour ou pas de message du tout et n’y aller que lorsque vous avez le temps … Vous pouvez également classer vos blogs par catégorie, tout marqué comme lu lors d’une journée sans par exemple … (je vous rassure, on ne meurt pas de ne pas lire tous les articles d’un blog – même du mien 😉  )

Ensuite vous allez pouvoir vous abonner à vos blogs préférés en toute simplicité en cliquant sur follow.

 ****

Et vous, vous les suivez comment vos blogs préférés ?