Archives mensuelles : juillet 2012

Projet 333

Leprojet 333 a ceci de particulier qu’il a pour objectif de nous ouvrir les yeux quant  à ce que nous possédons, ce qui nous convient, et participe à la libération de l’esprit concernant les vêtements.

Je suis en train de réfléchir à la façon dont je pourrais lancer ce défi collectif. Collectif parce qu’il me semble que pour garder la motivation pendant 3 mois, il faut pouvoir être plusieurs, se soutenir et partager son ressenti, ses idées …

J’ai vu que je n’étais pas la seule à penser au mois de septembre, ce qui nous laisse 1 mois pour décider de la liste des vêtements que nous utiliserons pour ce challenge. 33 est un chiffre de base, cela peut être un peu moins, cela peut être un peu plus … Et le comptage permet de se rendre vraiment compte de l’ampleur de notre garde robe, c’est ce qui fait parti des effets intéressants.

Selon le défi initial :

  • sont compris : les vêtements, chaussures et  accessoires (bijoux, sac à main, ceintures …).
  • ne sont pas comptés : les  sous vêtements, les bijoux seconde peau (bague de mariage, collier qui ne vous quitte jamais … ), les vêtements de nuit, les vêtements de sport à usage sportif (pas les baskets qu’on porte comme chaussures classiques sont donc comptabilisés ), les vêtements de détente à domicile (vous savez le vieux pantalon dans lequel on se sent si bien mais qu’on ne mettrait jamais à l’extérieur … )

Si un article est dégradé durant le défi, on peut bien entendu le remplacer ! Soit par un article que l’on possède déjà soit par un article acheté.

Tous les articles qui ne font pas partis du défi seront placés en dehors du dressing, que ce soit dans une boite, en carton dans un autre placard … l’objectif étant qu’elles ne soient pas « tentantes » ni accessibles trop facilement.

Le but étant vraiment de prendre conscience de ce que l’on possède, ce qui nous va et de ce que l’on veut, on peut y apporter quelques variantes :

  • pour les couturières / tricoteuses : se donner pour objectif tels ou tels pièces en couture ou tricot (on compte bien sur ces prévisions dans la liste ce qui fait que l’on démarre avec moins )
  • s’autoriser des changements au bout d’un mois ou deux si on constate que nos vêtements ne fonctionnent pas entre eux, je le répète, le but n’est pas la flagellation mais une aide à la prise de conscience.

Si cela vous intéresse, je traduirais au cours des jours à venir les aides au démarrage qui sont sur le site du projet 333 en version initiale.

Si vous avez des idées et suggestions, elles sont les bienvenues !

Le projet 333, 6 items or less, the uniform project …

Le projet 333 est un projet né outre atlantique qui a pour but de limiter sa garde robe à 33 articles pour 3 mois- chaussures et accessoires compris. Ainsi, on redécouvre sa garde robe et l’utilise pleinement. Et on s’aperçoit même des fois que finalement, on a encore des affaires que l’on n’utilise pas.

Il semble que le projet ait soulevé un fort enthousiasme !

Dans la même veine, 6 items or less (pas de lien de blog, il semble qu’il n’existe plus ), projet sur un mois qui vous fait choisir 6 articles de votre garde robe. Un grand sens de la créativité est demandé pour ne pas avoir l’impression de porter tous les jours la même chose mais une certaine liberté ressentie apparemment. De toute façon, le vide aide à la créativité … et tous les accessoires sont autorisés.

The uniform project, ou comment porter différemment une petite robe noire tous les jours pendant un an … (avec un but humanitaire derrière quand même : récolter de l’argent pour envoyer des enfants à l’école )

Tous ces projets visent à nous faire évaluer notre rapport aux vêtements, à nous même également et à ce que nous consommons. Le fait d’évaluer réellement notre garde robe, de faire des CHOIX, de nous responsabiliser face à notre armoire, nous permet de définir notre style, celui qui nous convient, dans lequel nous nous sentons bien, pas une autre, pas le nous d’avant ou le nous désiré, juste nous à l’instant T.

Prendre conscience également de tout ce gaspillage, qui a un coût, écologique et économique. Attention, n’y lisez pas là une culpabilisation de plus, non, effectivement nous sommes responsables du gaspillage de ces vêtements bon marché, mal taillés, produits en masses par des populations sous payées. Évidemment. Mais ce n’est pas une raison pour sortir fouet et martinet, non, la prise de conscience est un bon premier pas, les suivants nous amènent à consommer autrement.

Ces défis sont assez inspirants je trouve … Et vous ? Seriez vous tentés par ce genre de challenge ?

La bonne idée du jour

 

0505_tf_cordlabels.jpg

Après la citation du jour, la bonne idée du jour … Je l’ai trouvée tellement ludique et simple ( et éco – logique 😉 ) que je me suis dit que cela pouvait intéresser du monde …

De simples attaches à pain de mie customisés à positionner sur les câbles des appareils électriques placés sur des multiprises. Une à chaque extrémité pour se simplifier la vie ! Grâce à cette astuce, fini les « débranchages » intempestif du mauvais appareil … après des heures de recherche en suivant le long du cordon … !

 

050511_tf_cordlabels2.jpg

Une aide inattendue : les vacances

Comme vous le savez, je rentre de vacances … et comme tout le monde – même si j’ai fait très attention cette année- je suis rentrée avec des affaires que je n’ai pas porté … C’est normal, me direz vous, c’était les vacances.

Oui, mais cela nous enseigne quand même quelque chose : on peut toujours se débrouiller avec moins. Et quelle sensation de liberté ! Nous avions loué une petite maisonnette, petite mais suffisante, équipée juste ce qu’il faut. Bon, je ne dit pas, pour la vie de tous les jours, il manquait quand même un canapé et quelques accessoires … Mais pendant 2 semaines nous avons réussi à vivre très correctement avec beaucoup moins que d’habitude et il me tardait presque de rentrer -je dis bien presque – pour pouvoir alléger encore ma maison. En ce qui concerne les vêtements, cela montre vraiment que nous portons essentiellement les vêtements dans lesquels nous nous sentons bien donc pourquoi s’alourdir avec les autres ? L’excuse du « oui mais un jour je peux avoir envie de les porter  » ne tient pas … Non, si on ne va pas instinctivement vers eux c’est qu’ils ne sont pas fait pour nous …

C’est une bonne image à garder je trouve : nos vacances pour nous rappeler que non, nous n’avons pas besoin de nouvelles bottes, d’un nouveau robot ménager, d’un nouvel outil de jardinage, …

Une vérité

Des fois, on se demande comment on peut avoir autant de choses ? Comment sont elles venues chez nous ? Les murs n’étant pas extensibles, on se trouve parfois confronté de plein fouet à cet état de fait : on a beau faire du tri, nos maisons débordent …

La vérité, c’est qu’en fait, en dehors de ce que le facteur nous apporte, NOUS sommes responsables du contenu de notre maison. Et oui. Et prendre cette responsabilité en main c’est aussi trouver des solutions ! Voici quelques lignes directrice pour ne plus se faire envahir :

  • La règle du un qui rentre, un qui sort
  • On n’achète plus rien -hormis l’essentiel- avant d’avoir trouvé un équilibre avec ce que l’on possède déjà
  • Ne pas accepter ou prendre de choses juste parce que c’est gratuit ou que vous êtes persuadés de faire une bonne affaire … Tout ce que vous achetez/prenez à un coût … en terme financier, de place, … Il suffit juste de dire NON.

Astuce : Quand on est tenté par quelque chose, visualiser ce que l’on possède déjà, faire un inventaire virtuel et ce demander quel objet on fera disparaitre à la place. Ou bien visualiser un coin particulièrement encombré de chez soi et se demander si on souhaite vraiment en rajouter …

Récompense : Financière : pas de dépense, plus de sous sur le compte ! Visuelle : vous n’envahissez plus votre maison, plus de place pour vivre tout simplement ! Et aussi morale : vous avez réussi à vous dépasser ! C’est un sacré défi de nos jours de réussir à résister aux sirènes du marketing ! Bravo !

Tout ce qui est cassé …

Les objets cassés sont de l’encombrement. Combien avons nous chez nous d’objets « en attente de réparations » ? Que ce soit des chaussures à amener chez le cordonnier, des vêtements à repriser, ou des jouets à recoller, tous ces petits « truc » nous causent irritation et frustration. Ils sont posés là, en attente de réparation, puis repoussés au fond d’un tiroir/ placard ad vitam eternam …

Ce que l’on ne sait pas c’est que tous ces petits objets cassés restent dans un coin de notre tête et ressurgissent de temps en temps sans que l’on y fasse attention … Je vous propose aujourd’hui de commencer à y mettre fin. Faites le tour de votre maison, récupérez tout ce qui est en attente d’une action : sèche cheveux, pantalons qui nécessitent un ourlet,  jouets à recoller … Soyez honnête : saurez vous réparer votre radio ? Ce jouet tiendra t -il même avec de la colle ? Si oui, c’est parfait, faite le. Sinon, il est temps de s’en débarrasser ! En fait, toute réparation qui vous prend moins de 2 minutes faites là immédiatement, sinon, fixez vous une date, passé cette date, jetez lez ou donnez les à quelqu’un qui saura le réparer, parce qu’objectivement, vous ne le ferez pas …

Astuce : Souvent les réparations ne sont pas si longues à effectuer, on peut être surpris de voir que ce trou qu’on rechigne à repriser s’effectue en deux temps trois mouvements ! On se dit alors : mais pourquoi ne l’ai je pas fait avant ? Donc lancez vous !

Récompense : Un esprit libéré que ce soit parce qu’on a jeté ou réparé l’objet. Quelle satisfaction !

7 mesures pour assainir son quotidien

Dans Le grand ménage, le Dr Fréderic Saldmann, spécialiste en hygiène alimentaire et cardiologue, pointe les germes cachés de notre quotidien.

Extrait :

Ne laissez plus la vaisselle trainer dans le lave vaisselle.

Le filtre du lave vaisselle garde les débris en état de décomposition avancée. Ce sont de véritables nids à germes ! Pour éviter que les assiettes ne soient couvertes de microbes invisibles, enlevez tous ces débris avant de mettre votre vaisselle et, surtout, ne tardez pas à la ranger sitôt le cycle de lavage terminé.

Oubliez la sauce commune à l’apéritif.

Sympas les dips pour tremper ses tomates cerises et autres amuses gueules. Mais des études ont montré que cela revenait au même que si vous embrassiez tous les invités sur la bouche (en terme d’échange de germes)

Ne prenez jamais de médicaments en buvant du jus de pamplemousse.

Près de 200 études ont montré qu’il interagit avec un grand nombre de médicaments. Soit il augmente leur biodisponibilité, avec un réel risque de surdosage, soit il diminue leurs effets et les rend inefficaces.

Evitez de mettre le doigt dans votre pot de crème.

L’idéal serait d’utiliser une spatule (à nettoyer aussitôt après), faute de quoi vous ramenez des germes dans le pot. Ils trouvent là un milieu humide propice à leur multiplication, d’où le risque de boutons si vous mettez ensuite une crème contaminée sur le visage.

Accrochez votre sac en rentrant.

Vous ne poseriez pas vos chaussures sur la table ou sur votre lit ? Faites de même avec votre sac. Il a trainé par terre, sur un bureau, dans un bus, … C’est une bombe à retardement ! Pour information, les sacs en vinyl se contaminent un peu moins que les sacs en tissu, à laver aussi souvent que possible.

Faites le grand ménage.

Accumuler des objets, des vêtements ou des bibelots qui restent à la même place, c’est un peu comme construire et entretenir la maison des acariens et des microbes ! Pour assainir votre habitat, l’air doit circuler absolument partout, jusque dans les moindre recoins.

Humidifiez la terre au jardin avant de la travailler.

Quand la terre est trop sèche et que vous la retournez, les germes se retrouvent en suspension dans l’air que vous respirez. En la mouillant, vous évitez ce problème, mais vous devez penser à mettre des gants, car vos mains vont entrer en contact avec une terre pleine de germes.