Archives mensuelles : décembre 2012

A l’aube …

Source

Je viens vous donner l’ultime mission du lundi de cette année (et qui valable 2 semaines en plus !) : Profitez de ces jours de fêtes qui s’annoncent ! Que ce soit en famille ou entre amis, partagez ce temps et régalez vous !!!

Je vous remercie d’être toujours plus nombreux à venir me lire et à me témoigner votre enthousiasme. Je vous souhaite de belles fêtes et vous retrouve à la rentrée !

Projet 333, le bilan

Et oui, mon projet 333 s’est fini avec novembre, et je dois dire que s’il me tardait d’en voir la fin, le bilan est quand même plutôt positif !

Avec ce projet, je souhaitais voir si j’étais capable de vivre avec moins, sans grande surprise, je le suis. Par contre, j’ai quand même noté une certaine lassitude mais cela ne venait en fait pas du nombre mais de la teneur de mon armoire, nous changeons, nos goûts changent, nos corps changent (malheureusement ou heureusement selon le cas ) et ce défi est arrivé justement à une période où je ressentais le besoin de changer, et même si rien ne me l’interdisais, je n’ai rien changé à ma liste. J’ai élimé jusqu’au bout mon jean mais je ne l’ai pas changé. Je n’ai pas porté certains articles mais je les ai quand même laissés … Certainement encore mon besoin d’aller au fond des choses … !

Aujourd’hui, j’aime avoir retrouvé mes vêtements, je constate que je n’ai plus aucune gêne pour me débarrasser de ceux qui ne me conviennent pas, je n’hésite plus autant : il ne me va pas, il ne me plait plus : je l’élimine ! Recyclage, don ou revente selon le cas …

Le chemin n’est pas fini, je ne suis pas encore entièrement satisfaite de tout ce que j’ai. Cependant, ayant du racheter un jean, j’en ai acheté un de qualité, qui fait certes, un certain prix (encore que beaucoup moins que ce que l’on peut trouver) mais qui me va parfaitement, et je comprend tout à fait Dominique Loreau quand elle dit qu’il vaut mieux acheter peu mais acheter des choses « luxueuses », que nous le méritons bien. Il ne s’agit pas d’avoir la garde robe de S.J Parker, mais des éléments qui nous mettent en valeur et dans lesquels on se sente bien (et l’on sait à quel point c’est important surtout pour un jean !). Avant, j’avais tendance à penser que l’intérieur était la seule chose qui importait. Aujourd’hui, je pense que l’aspect extérieur compte aussi, communique malgré tout une part de ce que l’on est et peut même nous aider à avoir confiance en nous. Il n’y a rien de négatif à vouloir se sentir bien. Refaire ma garde robe d’un coup serait impossible financièrement mais petit à petit, je compte bien y remédier !

Et vous ? Des avancés ou des découvertes vestimentaires ?

L’heure du bilan

 

Mon bilan 2012-2013

Comme en comptabilité, il est temps de tirer le bilan de l’année qui vient de s’écouler … Remontez le temps et notez toutes les jolies choses que vous avez accomplies, celles dont vous êtes fiers, petites ou grandes, l’essentiel étant de constater que vous avez réalisés de belles choses. Souvent, tel un coureur cycliste, nez dans le guidon, on ne prend pas le temps de se retourner et de se féliciter pour le travail accompli. Et on peut même avoir l’impression que l’on stagne, le bilan est donc la parfaite occasion de tordre le cou à cette idée.

De la même façon, comme une entreprise prépare ses objectifs, faîtes la liste de ce qui vous tient à cœur pour cette nouvelle année qui s’annonce, car ainsi que je l’ai déjà mentionné, il est plus facile de suivre son chemin quand on sait où l’on va … Cela vous servira de feuille de route dans les moments de doute et vous aidera à garder le cap …

Je vous offre ce bilan, il est tout simple, mais s’il peut vous être utile, j’en suis contente !Il suffit de cliquer sur le lien sous l’image. Faîtes en bon usage !

Avant les fêtes …

"Sticker ""Dans mon frigo...""" par Commoi

Source

 Alors que nous n’allons pas tarder à remplir nos réfrigérateurs de victuailles pour les fêtes, je vous propose aujourd’hui de les vider et les nettoyer avant le grand boom !

Comment on procède ? On choisit le jour qui précède les courses de préférence, quand le frigo est déjà presque vide, on le vide, on trie son contenu, on n’hésite pas à jeter la sauce japonaise qui traine là depuis 3 mois sans qu’on y ait touché – si on ne l’a pas utilisée, il y a peu de chance qu’on le fasse dans les mois à venir. On dégivre frigo et congélateur si nécessaire (4 mm de givre double la consommation énergétique ). Ensuite, on mélange eau tiède et vinaigre blanc (nettoie et assainit ), on nettoie à l’éponge avec ce mélange et on essuie tout de suite avec un chiffon propre. Une fois fait, vous pouvez tout ranger. Si on le peut et que l’arrière du réfrigérateur est accessible, on nettoie la grille, la poussière l’empêchant de bien fonctionner.

C’est vite fait et on se demande pourquoi on ne le fait pas plus souvent … ( le minimum conseillé étant d’une fois par mois )

Et c’est même tellement vite fait que je vous propose, en prime, d’essayer de « déstocker  » au maximum vos réserves de nourriture … histoire de repartir d’un bon pied en 2013 …

Un nouveau magazine …

BioMood

plein de promesses. Bon, il est sorti depuis un moment, et vous avez peut être déjà du croiser … Je ne suis pas très « magazines », donc je ne fréquente pas tellement les bureaux de presse. Je trouve qu’ils se ressemblent tous un peu et sont lus en moins de temps qu’il n’en faut pour les acheter …  mais celui ci m’a attiré l’œil. Réinventer son quotidien, voilà une belle politique !  Et avec en plus un titre accrocheur : le dressing d’une frileuse, je ne pouvais pas passer à côté !  J’ai donc découvert un bimensuel sympathique avec des conseils anti froid que je vais m’empresser de suivre : la soie serait un très bon isolant…, sortant du projet 333, je pense que je vais tester … Un nouveau magazine donc, imprimé sur papier recyclé, au discours intéressant – on y parle même de yoga ! –  des recettes beauté, santé et cuisine réalisables (et rien que cela ce n’est pas rien … ), des publicités en nombre réduit et toutes choisies parmi les annonceurs écoresponsables. Manque plus qu’ils parlent d’organisation et je leur voue un culte ! Bref, un premier numéro qui m’a convaincue en espérant être aussi séduite la prochaine fois parce que je ne sais pas vous mais souvent, je trouve que si les premiers opus sont réussis je suis aussi irrémédiablement déçue par les numéros suivants …

Et vous, vous avez un magazine qui vous « parle » ?

Les 3 portes de la sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour
parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage.
– Éclaire-moi sur le Chemin de la Vie, demanda le Prince.
– Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le
Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras
trois portes. Lis les préceptes inscrits sur chacune d’elles. Un besoin irrésistible te
poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre
sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela
dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi.
Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva
bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire:
“Change le Monde.”
C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans
ce monde, d’autres ne me conviennent pas.
Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se
confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il
y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas l’apaisement du coeur. Il réussit
à changer certaines choses, mais beaucoup d’autres lui résistèrent.
Bien des années passèrent. Un jour, il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda:
– Qu’as-tu appris sur le chemin ?
– J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui
m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas.
– C’est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton
pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise. Et il disparut.
Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire:
“Change les Autres.”
– C’était bien là mon intention, pensa-t-il . Les autres sont source de plaisir, de joie et
de satisfaction mais aussi de douleur, d’amertume et de frustration. Et il s’insurgea
contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à
infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat.
Bien des années passèrent.
Un jour, alors qu’il méditait sur l’inutilité de ses tentatives de vouloir changer les
autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda:
– Qu’as-tu appris sur le chemin ?
– J’ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes
joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n’en sont que le
révélateur ou l’occasion. C’est en moi que prennent racine toutes ces choses.
– Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu’ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toimême.
Sois reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le
aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la
Vie t’enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir.
Et le Vieil Homme disparut. Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient
ces mots:
”Change-toi toi-même.”
Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire, se
dit-il. Et il entama son troisième combat. Il chercha à infléchir son caractère, à
combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui
plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.
Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs
et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda:
– Qu’as-tu appris sur le chemin ?
– J’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer,
d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas à briser.
– C’est bien, dit le Sage.
– Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de me battre contre tout,
contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ?
J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise.
– C’est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d’aller plus
loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. Et il disparut.
Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la troisième porte et s’aperçut
qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait:
“Accepte-toi toi-même.”
Le Prince s’étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu’il avait franchi la porte
la première fois, dans l’autre sens.
– Quand on combat, on devient aveugle se dit-il.
Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu’il avait rejeté et
combattu en lui: ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons.
Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s’aimer lui même
sans plus se comparer, se juger, se blâmer.
Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda:
– Qu’as-tu appris sur le chemin ?
– J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me
condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi même,
totalement, inconditionnellement.
– C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux
repasser la troisième porte.
À peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde
porte et y lut:
“Accepte les Autres.”
Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie. Celles qu’il
avait aimées et celles qu’il avait détestées. Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il
avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs
imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il
s’était battu.
Il rencontra à nouveau le Vieux Sage.
– Qu’as-tu appris sur le chemin ? demanda ce dernier.
– J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus
rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à
aimer les autres totalement, inconditionnellement.
– C’est bien, dit le Vieux Sage. C’est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la
deuxième porte. Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première
porte et y lut:
“Accepte le Monde.“
Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda
autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à
changer. Il fut frappé par l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur Perfection.
C’était pourtant le même monde qu’autrefois. Était-ce le monde qui avait changé ou son
regard ?
Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda:
– Qu’as-tu appris sur le chemin ?
– J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit
pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble
gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n’est ni triste ni
gai. Il est là, il existe, c’est tout. Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée
que je m’en faisais. J’ai appris à l’accepter sans le juger, totalement,
inconditionnellement.
– C’est la troisième Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi même,
avec les autres et avec le Monde.
Un profond sentiment de Paix, de Sérénité, de Plénitude envahit le Prince. Le Silence
l’habita.
– Tu es prêt, maintenant, à franchir le Dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage
du Silence de la Plénitude à la Plénitude du Silence.
Et le Vieil Homme disparut.

Charles Brulhart Décembre 1995

Simplifier …

Aujourd’hui c’est une mission un peu particulière que je vais vous proposer : Vous allez réfléchir pour moi : même si la finalité vous appartiendra, je vous demande d’identifier aujourd’hui et au cours de la semaine, quelles sont les sources de stress, d’insatisfaction, de complication qui existent dans vos vies actuellement. Tout les styles de réponses sont acceptés, vous pouvez même en donner autant que vous le voulez, si cela vous gêne d’en parler vous pouvez le faire de façon anonyme ou bien m’envoyer un mail directement…

Si je vous propose cette mission c’est parce que j’ai moi même repéré ce qui me dérangeait de plus en plus dans ma façon de mener cet espace … j’ai l’impression de m’enfermer dans une catégorie d’articles qui certes me plait, mais ne me suffit pas, la vie ne se résume pas à une façon de faire et de voir les choses, et j’aime l’interaction …

Alors, vous m’aidez ?