Archives mensuelles : mars 2016

Et le désencombrement dans tout ça ?

vagues

Je te remercie Ingrid pour ta question et je choisis d’y répondre par le biais d’un article car ce serait beaucoup trop long pour un commentaire … La question étant : où j’en suis de mon désencombrement et est ce que cela tient dans le temps ? Bonne question, et je préviens tout de suite, ma réponse va être longue …

Il me semble qu’il y a plusieurs façons d’arriver à l’envie de désencombrement ( au moins deux, si vous en voyez d’autres n’hésitez pas à me les signaler en commentaires ). Cela peut être une finalité parce que notre vie change / a changé, notre façon de consommer, nos aspirations écologiques ont évoluées et naturellement nous souhaitons posséder moins pour être en accord avec nos idéologies. Et puis cela peut être un début : dans les moments où l’on se sent embourbé dans notre quotidien avec l’impression de suffoquer, de ne rien maitriser dans/de notre vie. Dans cette situation, le désencombrement fait office de starter.

Pour moi cela a été un début, j’en avais besoin pour me clarifier les idées, je le voyais peut être aussi comme une expiation ( allons y carrément, n’ayons pas peur des mots 😉 ), quelque chose qui me sauverait. Un environnement plus vide, mieux organisé et donc moins douloureux. Un dérivatif aussi, désencombrer cela m’évitait de penser au reste. C’est ce qui, à mon sens, fait que cela devient hyper addictif. Seulement, une fois que l’on a désencombré, on se retrouve bien dépourvu, n’ayant plus de matière première … ( D’où, également, mon idée initiale d’aider les gens à le faire chez eux ! ) Ainsi, pour le désencombrement, je n’ai pas eu de réel souci, il me reste bien quelque petites choses et si cela me désespérait au départ de ne pas être « capable » de m’en débarrasser, de ne pas arriver à correspondre à l’idée que je me faisais du parfait petit minimaliste, aujourd’hui je suis beaucoup plus sereine avec cet état de fait, je ne peux techniquement pas vivre dans une cellule monastique. Rien que parce que les personnes qui partagent ma vie ne le souhaitent pas … Et rien que ça, ce n’est pas rien mine de rien ! Et puis, en cours de route, je me suis rendue compte que plus que du désencombrement, il me fallait une organisation ( et ça, j’en reparlerais peut être ). Dans ma tête, c’était simple : si je ne possédais plus rien ou presque, je n’aurais plus de soucis d’organisation ! Or, ça n’est pas vrai, encore une fois, cela participe à la clarification mais ça ne fait pas tout … Il m’a donc fallu revoir mes priorités là aussi ! ( Et puis surtout, essayez d’organiser quelque chose quand vous n’avez plus de meubles … 🙂 )

Et puis entre temps, j’ai continué mon petit chemin de développement personnel, j’ai découvert des choses, la bienveillance notamment. Envers moi principalement. L’autre, je connaissais et pratiquais déjà plus ou moins. L’estime de soi. Concept fabuleux là aussi … Le droit à l’erreur. Le droit à la beauté, au bien et au bon. Ça sonne peut être un peu cucul la praline ce que je raconte mais mon dieu, ce que cela fait du bien quand on ne s’est jamais jugée « assez bien » pour tout ça !

Alors, j’ai fait des frais, au final pas tant que ça, mais je me suis fait plaisir. Parce que je le mérite. Pas comme dans la pub, non, mais j’ai investi dans ce que je pense être bon pour moi, pour ma santé, pour mon goût/ envie du beau. J’ai réencombré certains endroits. Et naturellement, j’en désencombre d’autres. Au fur et à mesure, sans que cela sonne aussi fort qu’au départ. Et l’équilibre se fait entre ce qui me fait plaisir et le reste …

Aujourd’hui, j’en suis rendue à moi : à ma représentation de moi même, ce que je suis, mon rôle dans la vie. Là aussi, beaucoup d’idéaux, du désencombrement également pour laisser tomber mes représentations ou celles des autres mais cela fait son chemin petit à petit. Et j’ai l’impression que c’est moins douloureux en fait, étant d’abord passée par du matériel … C’est Sénèque je crois qui disait  » Connais toi toi-même  » … Je crois qu’en 2000 ans, on a rien inventé de mieux …

Je ne sais pas au final si j’ai répondu à ta question Ingrid, en tout cas, cela m’a fait du bien de réfléchir à ça et je t’en remercie !

Bonne fin de journée à vous tous et merci d’avoir pris le temps de me lire ! J’attends vos commentaires / questions avec grand intérêt !