Archives mensuelles : août 2016

Les jugements

oléronS’il y a bien quelque chose qui est difficile à enlever/diminuer dans notre fonctionnement, ce sont bien les jugements …

Quelle que soit la situation, nous jugeons. Et c’est également la source de bien des ennuis. Quand je juge quelqu’un, j’amène une part de moi, de mes idées dans ce que la personne en face de moi traverse. Souvent je ne cherche pas à comprendre ce qu’il se passe en elle, je cherche soit à lui apporter MA solution, soit à me confirmer que JE pense de la bonne manière et que donc l’autre à tort.

Nos jugements sont le reflet de notre état d’esprit. Ils peuvent être positifs ou négatifs. Depuis l’an dernier, je m’applique beaucoup à travailler mon non jugement. A entendre derrière les paroles ce qui se joue pour l’autre. Parfois j’y arrive, parfois non. Et la surprise derrière tout ça, c’est que c’est beaucoup plus facile avec des « inconnus », et bien sur, avec les / mes enfants. Quand je dis surprise, ça n’en est pas vraiment une, parce qu’il y a derrière l’attente ( ou plutôt le jugement ) consciente ou inconsciente de ce que devraient être l’attitude de nos proches. C’est ce jugement là qui est le plus difficile à faire partir. Accepter que l’autre puisse voir en nous une part de lui avec laquelle il n’est pas totalement à l’aise. Car le jugement, quand on l’observe, est un révélateur. Accepter de pouvoir en être blessée. Le questionner pour nous permettre d’aller un peu plus loin dans notre connaissance de nous même et rendre ainsi la « pratique » de plus en plus facile. Cela a aussi de profondes répercussions sur ma façon d’être, je ne les maitrise pas encore très bien ces répercussions, le chemin est encore devant moi … mais je commence à l’apprécier davantage …