Archives pour la catégorie acceptation de soi

Just Do it

roundLaurence, tu as tapé dans le mille … je me complique la vie … Je suis totalement d’accord avec toi et sprit … Ceci dit, il y a de l’amélioration … Car, c’est une chose de le faire, une autre de s’en rendre compte et encore une autre de s’en libérer … Dans le processus de CNV, on apprend qu’il y a 4 stades ( et je pense qu’ils s’appliquent à beaucoup de domaines également, du moins tous le domaines d’apprentissage )

  • le stade où l’on est inconsciemment incompétent
  • le stade où l’on est consciemment incompétent
  • celui où l’on est consciemment compétent
  • et enfin celui on l’on est inconsciemment compétent

J’apprends donc juste à lâcher prise puisque c’est bien de cela dont il s’agit … Le lâcher prise finalement se fait également dans plusieurs domaines, certains plus simples que d’autres … Ou bien, est ce que tout ne serait il pas relié à la même chose au fond, à savoir l’égo ? Est ce que la vie n’est pas plus simple qu’il n’y parait ? ( Vous avez 4 heures et ça compte pour le bac … )

Alors, je vais tenter des petites expériences avec moi même comme publier ce texte totalement inabouti vous en conviendrez, juste comme une petite introduction à ce que j’ai envie de faire et comme le dit si bien Maître Nike : Just do It …

Belle fin de journée à vous !

Mais … faut il obligatoirement appartenir à une catégorie ?

06 2016Je le disais vendredi, ce n’est pas un manque d’inspiration qui m’empêche d’écrire mais un blocage.

Je travaille beaucoup sur les jugements, les étiquettes qui nous empêchent d’être nous même et ce, dès l’enfance. Parce que l’enfance, les relations parents / enfants, c’est mon truc. Donc, le sujet, je le connais un peu quand même. C’est une composante très forte en CNV également ( enfin, je dis également mais c’est un grand tout ) mais je suis encore un girafon ^^ .

Et pourtant … Concernant ce blog, je ne l’ai pas vu venir … Il faut dire que les blogs sont, en général, assez catégorisés. Vous avez les blogs qui traitent du minimalisme, du zéro déchet, de la couture, du tricot, du DIY en tout genre, de la beauté, de la forme, de la famille, les « life style », les aventuriers bref une multitude de sujets sont traités et assez bien identifiés dès le départ, un peu comme une spécialisation en fait.

Pour ma part, si je devais me définir ou définir les sujets qui m’intéressent, je dirais que je suis plutôt à tendance minimaliste, à tendance consommation raisonnée ( oui, un peu comme l’agriculture raisonnée en fait ), avec un brin de psycho, de réflexion, de bien être, d’organisation, de déco, de yoga ( et peut être un peu de running ), de spiritualité, un zeste d’alimentation et de lecture. C’est donc logiquement ce que j’ai eu envie de partager sur cette page, avec toujours la volonté d’aller chercher le meilleur de moi tant qu’à faire. Alors, au final, si j’ai commencé par beaucoup d’organisation et de désencombrement, le développement personnel prend maintenant une part importante. Pourtant me classerais je dans une ou l’autre catégorie ? Sont elles au final complémentaires ou opposées ?

Nous le savons tous, l’être humain est un être complexe avec une certaine dose de paradoxes. Et si je les vis assez bien au quotidien ( du moins, j’en ai l’impression, ou j’y travaille si nécessaire et vu que je n’ai pas de souvenir marquant à ce sujet, c’est que ce doit être ok pour moi ^^ ), ici, je ne m’autorise pas les mêmes choses. Ce qui est assez « nul » j’en conviens, parce que pour le coup, je me prive toute seule de partager des choses qui me plaisent. POURQUOI me direz vous ? ( – ou pas d’ailleurs ! ) Et bien c’est ce à quoi j’ai réfléchi ces derniers temps … Pour vous donner un exemple concret : une box de yoga est sortie récemment. J’étais très enthousiaste, j’ai beau être à « tendance minimaliste », quand un sujet me plait / passionne, je suis comme tout le monde, je peux facilement craquer. Bref, j’ai beau ne pas tellement aimer le concept des box ( enfin surtout l’abonnement mensuel en fait ), celle ci me rendait particulièrement joyeuse ( et j’ai vraiment hâte de voir ce qu’elle va donner sur la durée ) et je me suis permise de les contacter afin d’en savoir un peu plus ( curieuse je suis ) et de vous faire un petit article de présentation également parce que je me suis dit que cela pouvait en intéresser certaines ici. Ceci étant, au moment de rédiger, je me suis dit que cela pouvait en pousser à la consommation et que par rapport à ma « tendance consommation raisonnée » et  » écolo » cela ne matchait pas … ( une copine m’a rajouté que ce n’était pas très esprit yoga tout ça )  Y a t- il en effet moins raisonnable que les box en terme de consommation ? Tous les mois, vous payez pour quelque chose dont vous n’avez ni forcément envie, ni besoin. Ne vaut il pas mieux en effet choisir consciemment ce dont on a envie / besoin ?  En même temps, se faire plaisir de temps en temps, ce n’est pas un crime non plus et si une box est la seule « folie » du genre … ( là je parle d’un point de vue personnel, selon mes aspirations, je ne juge absolument pas celles qui commandent des box  … )  Bref, je me suis retrouvée tiraillée entre plusieurs parts de moi même, la plus forte étant la part perfectionniste, celle qui souhaite être cohérente en tout, qui a peur de ne pas être aimée si elle déraille. Raisonnablement, quand j’y réfléchis, je trouve cela ridicule. Je SAIS que l’amour est une force intrinsèque. Pourtant, mécaniquement, quand je le vis, c’est parfois loin d’être aussi évident. Je travaille donc encore à plus d’harmonie – ce qui compte c’est le chemin n’est ce pas 😉 -, à laisser tomber les jugements me concernant ( ce sont les pire je trouve ), à me laisser guider par la joie et non la peur – même si cela passe par des contradictions comme vous présenter une box yoga alors que je parle également de consommation raisonnable et de désencombrement, parce que la vie c’est un peu ça également, un savant équilibre entre nos aspirations et nos envies … même contradictoires !

Aussi, dans un souci de cohérence personnel, vous pouvez vous attendre à lire ici des articles traitant de tout et de rien, certains vous poussant peut être à la consommation ( auquel cas, je fais appel à votre sens critique et à votre libre arbitre ) et d’autres sans mercantilisme aucun 😉 !

Je vous souhaite une belle fin de week end et peut être à très vite !

Se sentir vivant

cerisierSe sentir vivant, n’est ce pas la base de tout en fait ?

Élémentaire mon cher Watson, me direz vous peut être, sauf qu’à bien regarder nos vies, avons nous souvent l’occasion de nous sentir vivants, vibrants, traversés par la vie ? Pas juste « en vie » ou en survie, non, vivants. Pleinement. Lire la suite

L’amour ou la peur

tulipesCela fait un moment maintenant que j’ai envie d’écrire cet article. Ce qui m’en a empêché ? Peut être bien la peur ! … Ce qui m’amène à l’écrire aujourd’hui ? Peut être bien l’amour !  😉

L’amour et la peur sont pour moi les deux émotions / sentiments / sensations principales dans nos vies. Quand nous agissons, nous le faisons soit par amour, soit par peur.

Toutes les autres émotions y sont finalement rattachées. Lire la suite

Et le désencombrement dans tout ça ?

vagues

Je te remercie Ingrid pour ta question et je choisis d’y répondre par le biais d’un article car ce serait beaucoup trop long pour un commentaire … La question étant : où j’en suis de mon désencombrement et est ce que cela tient dans le temps ? Bonne question, et je préviens tout de suite, ma réponse va être longue …

Il me semble qu’il y a plusieurs façons d’arriver à l’envie de désencombrement ( au moins deux, si vous en voyez d’autres n’hésitez pas à me les signaler en commentaires ). Cela peut être une finalité parce que notre vie change / a changé, notre façon de consommer, nos aspirations écologiques ont évoluées et naturellement nous souhaitons posséder moins pour être en accord avec nos idéologies. Et puis cela peut être un début : dans les moments où l’on se sent embourbé dans notre quotidien avec l’impression de suffoquer, de ne rien maitriser dans/de notre vie. Dans cette situation, le désencombrement fait office de starter.

Pour moi cela a été un début, j’en avais besoin pour me clarifier les idées, je le voyais peut être aussi comme une expiation ( allons y carrément, n’ayons pas peur des mots 😉 ), quelque chose qui me sauverait. Un environnement plus vide, mieux organisé et donc moins douloureux. Un dérivatif aussi, désencombrer cela m’évitait de penser au reste. C’est ce qui, à mon sens, fait que cela devient hyper addictif. Seulement, une fois que l’on a désencombré, on se retrouve bien dépourvu, n’ayant plus de matière première … ( D’où, également, mon idée initiale d’aider les gens à le faire chez eux ! ) Ainsi, pour le désencombrement, je n’ai pas eu de réel souci, il me reste bien quelque petites choses et si cela me désespérait au départ de ne pas être « capable » de m’en débarrasser, de ne pas arriver à correspondre à l’idée que je me faisais du parfait petit minimaliste, aujourd’hui je suis beaucoup plus sereine avec cet état de fait, je ne peux techniquement pas vivre dans une cellule monastique. Rien que parce que les personnes qui partagent ma vie ne le souhaitent pas … Et rien que ça, ce n’est pas rien mine de rien ! Et puis, en cours de route, je me suis rendue compte que plus que du désencombrement, il me fallait une organisation ( et ça, j’en reparlerais peut être ). Dans ma tête, c’était simple : si je ne possédais plus rien ou presque, je n’aurais plus de soucis d’organisation ! Or, ça n’est pas vrai, encore une fois, cela participe à la clarification mais ça ne fait pas tout … Il m’a donc fallu revoir mes priorités là aussi ! ( Et puis surtout, essayez d’organiser quelque chose quand vous n’avez plus de meubles … 🙂 )

Et puis entre temps, j’ai continué mon petit chemin de développement personnel, j’ai découvert des choses, la bienveillance notamment. Envers moi principalement. L’autre, je connaissais et pratiquais déjà plus ou moins. L’estime de soi. Concept fabuleux là aussi … Le droit à l’erreur. Le droit à la beauté, au bien et au bon. Ça sonne peut être un peu cucul la praline ce que je raconte mais mon dieu, ce que cela fait du bien quand on ne s’est jamais jugée « assez bien » pour tout ça !

Alors, j’ai fait des frais, au final pas tant que ça, mais je me suis fait plaisir. Parce que je le mérite. Pas comme dans la pub, non, mais j’ai investi dans ce que je pense être bon pour moi, pour ma santé, pour mon goût/ envie du beau. J’ai réencombré certains endroits. Et naturellement, j’en désencombre d’autres. Au fur et à mesure, sans que cela sonne aussi fort qu’au départ. Et l’équilibre se fait entre ce qui me fait plaisir et le reste …

Aujourd’hui, j’en suis rendue à moi : à ma représentation de moi même, ce que je suis, mon rôle dans la vie. Là aussi, beaucoup d’idéaux, du désencombrement également pour laisser tomber mes représentations ou celles des autres mais cela fait son chemin petit à petit. Et j’ai l’impression que c’est moins douloureux en fait, étant d’abord passée par du matériel … C’est Sénèque je crois qui disait  » Connais toi toi-même  » … Je crois qu’en 2000 ans, on a rien inventé de mieux …

Je ne sais pas au final si j’ai répondu à ta question Ingrid, en tout cas, cela m’a fait du bien de réfléchir à ça et je t’en remercie !

Bonne fin de journée à vous tous et merci d’avoir pris le temps de me lire ! J’attends vos commentaires / questions avec grand intérêt !

Savoir et sentir, ce n’est pas la même chose …

sun

Ou le jour où l’on s’en rend compte …

Nous savons tous beaucoup de choses. Certaines sont utiles et d’autres non. La psycho m’intéresse depuis longtemps, plus jeune, je m’interrogeais sur l’intérêt des livres de développement personnel. Tout ce qui était écrit, je le savais, je n’avais pas besoin qu’on me l’explique. C’était logique. ( Ah ! l’humilité de l’adolescence … )

En grandissant, les « épreuves » de la vie aidant, je me suis rendu compte que ce n’était pas si facile, que finalement, ces livres étaient des supports appréciables. Ils me confortaient – ou pas – dans mes croyances.

Je ne bougeais pas forcément pour autant.

Je « savais ».

Cela me suffisait. J’étais dans l’intellect. Un endroit familier. Pousser plus loin ? Non merci, la bonne blague !

Ce n’était pas satisfaisant pour autant, mais j’attendais.

Et cet été, j’ai poussé un peu plus loin, j’ai ressenti. Et ça, ça change tout. Mon humilité en a pris un coup, j’ai beaucoup de choses à apprendre concernant « l’être », la mise en pratique. La part de moi qui aime terrrriblement apprendre se réjouit, celle qui aimerait déjà y être beaucoup moins. Et puis il y a toutes les parts que je découvre, celles qui veulent être écoutées et reconnues, celles que je pensais avoir « guéries » et qui finalement ne le sont pas tant que ça.

Bref, il y a du boulot … mais il y a beaucoup de joie aussi et ça, ça me plaît bien !

 

Revoir sa copie …

zen

Je remercie encore une fois Laurence … Ah ! Que je suis contente que tu aies croisé mon chemin ! J’ai d’abord souris en lisant tes mots sur l’article précédent. Bien sûr, la gratitude je l’éprouve pour tous les être et toutes les choses que j’ai autour de moi, souvent, parfois pour moi et ce que j’accomplis même si j’ai de sérieuses lacunes de ce côté là … comme beaucoup d’entre nous je pense. J’ai donc souris, me suis dit que oui, effectivement, j’avais quand même fait beaucoup de choses …

Alors, comme souvent, j’ai pris le temps de savourer les mots, de les faire tourner, d’associer les idées, d’analyser, … Mars sera donc le mois … de rien d’autre que ce dont j’aurais envie sur le moment ! Je cours après quelque chose en permanence. Et le fait de tenir un blog n’arrange rien. Moi qui souhaite une vie plus simple, lente et réfléchie, je me retrouve à côté de la plaque à toujours vouloir faire plus. A me sentir toujours en état de « pas assez » plutôt. Pas assez bien, pas assez performante, pas assez … J’y travaille depuis un certain temps mais au final, je n’arrive pas à lâcher prise pour de bon. C’est un long chemin. Si j’arrive à ne plus trop me sentir opprimée par des éléments extérieurs, j’ai toujours cette tension intérieure qui me paralyse même des fois et qui me maintiens dans cette idée que je pourrais toujours en faire plus et que si je ne le fais pas c’est bien parce que je ne suis « pas assez ». Vous voyez l’idée ? Le serpent qui se mord la queue. Or, qu’arrivera t il si je ne fais rien de plus ? Et bien, je parierais bien qu’il ne se passera rien … et peut être même bien que ça me donnera envie de faire les choses différemment … Je tenterais bien pour voir … !

Trouver l’équilibre

enfants

 

On ne dirais pas comme ça à voir la distance entre chaque messages, mais en ce moment, je travaille dur à trouver l’équilibre, cet endroit entre le laisser aller et le perfectionnisme, les aspirations profondes et ses contradictions.

Amener un peu plus de cohérence entre ce que je souhaite et ce que je fais. Un peu plus, chaque jour. Se laisser le temps, apprendre à sourire face aux comportements contre lesquels on travaille et qui réapparaissent et se dire que vraiment, ce n’est pas gagné ! Mais que ce n’est pas grave non plus, un petit pas chaque jour.

Se donner un peu plus de douceur, chaque jour. Prendre soin de soi, autant que nous le faisons avec nos enfants, nos maris, nos proches.

Donner un peu plus de douceurs aux autres, chaque jour. Prendre soin de nos enfants, nos maris, nos proches comme les êtres les plus précieux qui soient. Parce qu’on oublie parfois. C’est le risque quand on laisse nos émotions sortir, on se replie sur soi, et on ne fait plus cas de la vie en dehors de soi. C’est normal, on ne peut pas tout gérer mais il faut bien réouvrir les yeux à un moment !

Rencontrer de nouvelles personnes, prendre conscience (encore une fois ) qu’on ne sauvera pas la planète et qu’on ne peut pas porter la misère du monde sur ses épaules mais que chacun à sa mesure peut faire quelque chose. Essayer de ne plus se donner de limites ( rapport à la misère du monde ) et tenter de nouvelles expériences réjouissantes. Essayer chaque jour.

 

Et vous, vous le trouvez comment votre équilibre ?

Re – Venir

une année, des projetsIl serait temps !

La rentrée … J’espère que les vacances se sont bien passées pour vous, qu’elles ont été source de bien être et que vous avez pu en profiter !

Cela fait plusieurs jours que je me questionne sur la façon de me réapproprier cet espace qui est pourtant le mien …

Même là au moment de l’écrire je me demande si tout ça à un sens, je veux dire, mes attentes vis à vis de cet endroit ont tellement varié et évolué au cours de ces années !

Si je tente de faire l’analyse de ce qu’il s’est passé, je vois bien que j’ai perdu pied. Au départ sans prétention aucune, je postais mes petits articles pour moi, puis assez rapidement, j’ai eu un certain nombre de lecteurs et là j’ai commencé à me mettre la pression et à avoir peur. Et force est de constater que cela ne m’a pas réussi ! C’est dingue de voir que je réagis toujours ainsi. Quel que soit le domaine, je fanfaronne au départ mais en vérité je crève de trouille à l’idée qu’on me démasque et que l’on voit à quel point je suis inconsistante et que je n’en vaux pas la peine. (Confiance en soi : Bonjour !) Alors je me saborde toute seule, je ménage la chèvre et le chou, j’essaie de plaire au plus grand nombre et en même temps j’essaie de me persuader que, quand même, je suis quelqu’un de bien. Ou du moins pas trop mal. Ou à minima pas si horrible. Bref, vous voyez le topo ! Et puis ce qu’il y a de marrant, c’est que vous pourrez me dire ce que vous voulez, je ne l’entendrais pas. Bien sur, sur le moment, cela me fera plaisir mais très rapidement, le naturel revient. J’ai donc bien compris que le changement devait se faire de l’intérieur. Moi qui croyait en avoir fini avec la petite fille et bien, non ! il va falloir creuser un peu plus loin !

En faisant tout ça, j’ai perdu l’envie vraie d’écrire et de partager. D’où la pause (bon, il y a aussi eu l’été, la fin de l’année scolaire, la rentrée, un mois de travail, des travaux dans la maison, mon projet qui avance et dont je suis très fière -mais là encore, angoisse, incertitude, crainte de ne pas être à la hauteur …- la vie quoi ! )

Je redécouvre tout le temps que l’on a quand on ne blogue pas et également la flemme ! Oui parce qu’avoir un blog pousse quand même à être actif, il faut trouver des sujets, les écrire, prendre des photos (ou les trouver), bref, ça demande du temps !

Mais qu’est que cela manque aussi ! L’interaction que l’on peut avoir avec les autres, la petite -grosse appréhension avant de poster un article (je dois être un peu maso pour aimer ça autant que je le redoute ), les bienfaits de l’écriture qui aide à clarifier les choses dans la tête …

Alors, comme cet endroit à été construit à la base pour écrire les nouvelles pages de ma vie et ne pas rester bloquée à certains endroits, et bien, je reviens. En essayant de ne plus me mettre de pression, de rester fidèle à mes objectifs ( parce que ça aussi, tiens, on va en reparler ! ), de continuer à parler de tout et de rien, de ne pas regarder les stats ni le nombre d’abonnés, j’envisage également de retirer la newsletter histoire de ne pas me demander 107 ans si j’ai bien fait de poster ou pas … Qu’en pensez vous ? (pour ceux qui sont toujours là ! ) La newsletter vous sert elle ?

Plein d’envies donc (que ferait on sans elle !) à mettre en oeuvre !

Je vous souhaite une belle journée !