Archives pour la catégorie désencombrement

Le désencombrement avec les enfants

jouetsLa plupart du temps, nos enfants ont trop de jouets. Nous en faisons le constat en râlant, en demandant aux enfants de ranger, en rangeant nous même parfois ( ou souvent ) …

Pourtant, il faut bien être clair, les jouets, c’est nous qui, à la base, les avons fait rentrer chez nous …Nous Leur achetant parfois des choses que NOUS aurions adoré avoir …

Il est intéressant de voir que malgré la quantité de jouets, nombreux sont les enfants qui ne savent pas quoi faire, s’ennuient … C’est triste mais c’est un constat actuel : un peu comme l’argent ne fait pas le bonheur, le jouet ne fait pas le jeu … J’ai déjà entendu d’ailleurs des parents ou grands parents dire aux bambins qui s’ennuient : « Moi si j’avais eu tout ça à ton âge …  » Et bien si nous avions eu tout ça, nous aurions sans doute fait pareil, nous nous serions peut être retrouvés complètement bloqués, sans savoir quoi choisir. Trop de choix, tue le choix …

On se rend bien compte donc qu’il est primordial d’aider nos enfants à sortir de cette impasse dans laquelle nous les avons plongés … 😉  Nous nous posons alors la question de comment faire pour désencombrer / ranger tout ça ? En premier lieu, demandez vous pourquoi vous tenez à le faire ? Est ce pour leur offrir la possibilité de jouer mieux avec moins ? Leur laisser l’occasion d’être plus créatifs ? Avoir un intérieur mieux rangé ?

Déjà, il est conseillé de ne rien jeter sans accord de l’intéressé ( sauf s’il s’agit d’un kleenex bien sur … ) et de leur demander leur coopération. Nos enfants sont, tout comme nous, des êtres animés par la volonté de contribuer. Contribuer au monde, à la vie de famille, à leur bien être. En expliquant l’enjeu, ils seront certainement volontaires pour agir.

Ainsi, vous pourrez établir des règles :

  1. Faire le tri des objets cassés et les jeter
  2. Mettre de côté les jouets qui ne plaisent plus afin de les donner ou les revendre, pour l’aider à faire son choix, vous pouvez lui donner les questions qu’il peut se poser : ce jouet me sert il ? Est ce que je joue souvent avec ? ou bien est ce que j’en ai envie ? ( bien sur suivant l’âge, l’enfant pourra être amené à répondre oui à toutes les questions, et c’est OK, comme pour nous, il lui faudra peut être un peu de temps )
  3. Etablir un nombre/ une quantité de jouets à conserver et entreposer le reste dans des boîtes à part pour mettre en place un roulement. ( ce qui permettra à l’enfant de ne pas se lasser )
  4. Avoir des rangements bien identifiés pour chaque type de jouets afin d’en facilité le rangement

Attention toutefois, vous pourriez  être surpris par la facilité avec laquelle peut se faire leur tri, et là encore il s’agit parfois d’un sacré défi pour le parent que nous sommes, car en tant qu’enfants ils n’ont pas les mêmes perceptions que nous quant aux objets … et peuvent donc se détacher facilement  de choses dont NOUS ne nous débarrasserions pas … Il s’agit là encore d’être au clair avec nous même, sommes nous prêts à TOUT laisser partir ??? (J’avoue que j’ai pu sauver quelques jouets auxquels j’étais attachée puisqu’il s’agissait de MES jouets … et oui, le poids de la transmission … on pourra en reparler de ça aussi … – à force de dire ça, il va falloir que j’écrive un bouquin 😉 )

Et le désencombrement dans tout ça ?

vagues

Je te remercie Ingrid pour ta question et je choisis d’y répondre par le biais d’un article car ce serait beaucoup trop long pour un commentaire … La question étant : où j’en suis de mon désencombrement et est ce que cela tient dans le temps ? Bonne question, et je préviens tout de suite, ma réponse va être longue …

Il me semble qu’il y a plusieurs façons d’arriver à l’envie de désencombrement ( au moins deux, si vous en voyez d’autres n’hésitez pas à me les signaler en commentaires ). Cela peut être une finalité parce que notre vie change / a changé, notre façon de consommer, nos aspirations écologiques ont évoluées et naturellement nous souhaitons posséder moins pour être en accord avec nos idéologies. Et puis cela peut être un début : dans les moments où l’on se sent embourbé dans notre quotidien avec l’impression de suffoquer, de ne rien maitriser dans/de notre vie. Dans cette situation, le désencombrement fait office de starter.

Pour moi cela a été un début, j’en avais besoin pour me clarifier les idées, je le voyais peut être aussi comme une expiation ( allons y carrément, n’ayons pas peur des mots 😉 ), quelque chose qui me sauverait. Un environnement plus vide, mieux organisé et donc moins douloureux. Un dérivatif aussi, désencombrer cela m’évitait de penser au reste. C’est ce qui, à mon sens, fait que cela devient hyper addictif. Seulement, une fois que l’on a désencombré, on se retrouve bien dépourvu, n’ayant plus de matière première … ( D’où, également, mon idée initiale d’aider les gens à le faire chez eux ! ) Ainsi, pour le désencombrement, je n’ai pas eu de réel souci, il me reste bien quelque petites choses et si cela me désespérait au départ de ne pas être « capable » de m’en débarrasser, de ne pas arriver à correspondre à l’idée que je me faisais du parfait petit minimaliste, aujourd’hui je suis beaucoup plus sereine avec cet état de fait, je ne peux techniquement pas vivre dans une cellule monastique. Rien que parce que les personnes qui partagent ma vie ne le souhaitent pas … Et rien que ça, ce n’est pas rien mine de rien ! Et puis, en cours de route, je me suis rendue compte que plus que du désencombrement, il me fallait une organisation ( et ça, j’en reparlerais peut être ). Dans ma tête, c’était simple : si je ne possédais plus rien ou presque, je n’aurais plus de soucis d’organisation ! Or, ça n’est pas vrai, encore une fois, cela participe à la clarification mais ça ne fait pas tout … Il m’a donc fallu revoir mes priorités là aussi ! ( Et puis surtout, essayez d’organiser quelque chose quand vous n’avez plus de meubles … 🙂 )

Et puis entre temps, j’ai continué mon petit chemin de développement personnel, j’ai découvert des choses, la bienveillance notamment. Envers moi principalement. L’autre, je connaissais et pratiquais déjà plus ou moins. L’estime de soi. Concept fabuleux là aussi … Le droit à l’erreur. Le droit à la beauté, au bien et au bon. Ça sonne peut être un peu cucul la praline ce que je raconte mais mon dieu, ce que cela fait du bien quand on ne s’est jamais jugée « assez bien » pour tout ça !

Alors, j’ai fait des frais, au final pas tant que ça, mais je me suis fait plaisir. Parce que je le mérite. Pas comme dans la pub, non, mais j’ai investi dans ce que je pense être bon pour moi, pour ma santé, pour mon goût/ envie du beau. J’ai réencombré certains endroits. Et naturellement, j’en désencombre d’autres. Au fur et à mesure, sans que cela sonne aussi fort qu’au départ. Et l’équilibre se fait entre ce qui me fait plaisir et le reste …

Aujourd’hui, j’en suis rendue à moi : à ma représentation de moi même, ce que je suis, mon rôle dans la vie. Là aussi, beaucoup d’idéaux, du désencombrement également pour laisser tomber mes représentations ou celles des autres mais cela fait son chemin petit à petit. Et j’ai l’impression que c’est moins douloureux en fait, étant d’abord passée par du matériel … C’est Sénèque je crois qui disait  » Connais toi toi-même  » … Je crois qu’en 2000 ans, on a rien inventé de mieux …

Je ne sais pas au final si j’ai répondu à ta question Ingrid, en tout cas, cela m’a fait du bien de réfléchir à ça et je t’en remercie !

Bonne fin de journée à vous tous et merci d’avoir pris le temps de me lire ! J’attends vos commentaires / questions avec grand intérêt !

KonMari, la méthode révolutionnaire pas si révolutionnaire que ça

la magie du rangement - Konmari

J’ai craqué, je l’ai commandé ce livre … En version électronique toutefois, histoire de réduire l’encombrement ( ce qui n’est pas une très bonne idée d’ailleurs pour ce genre de livre dont certains passages méritent d’être relus et il est plus facile de les retrouver sur un livre physique que dans la version électronique ).

Dire que je n’ai pas aimé serait faux, le sujet me passionne, je lis des articles dans les magazines ou sur le net sur le sujet depuis … pfiou, peut être pas aussi longtemps que l’auteur (déjà parce qu’à 5 ans je ne savais pas lire ) mais un certain nombre d’années quand même. Le sujet de l’organisation et du psycho ont toujours été mes favoris (et quand on relie les deux, je ne vous raconte même pas ! – oui, chacun sa croix 😉 ).

Non, on ne peut pas dire que je n’ai pas aimé. Mais, je suis restée sur ma faim. Une trop grosse attente peut être. Sachant qu’on nous annonce quand même LA méthode.

Alors, dans le fond, c’est juste ce qu’elle dit et je reconnais que pour un « novice » du sujet, cela peut être une révélation.Les passages où elle parle de remercier ses objets (notamment le passage du téléphone portable ) peut cependant effrayer les plus terre à terre 🙂 . Sans aller jusqu’à accorder une âme aux objets, je reconnais qu’être conscient de ses possessions aide grandement à en prendre soin et ainsi les conserver. Et je pense intimement que c’est une des raisons qui fait que « tout fout le camp », on nous a tellement appris à jeter et remplacer les objets que nous gaspillons énormément. Ainsi, « nouer des liens » avec ses affaires tout en étant conscient de son cycle de vie permet cela. Son credo de jeter tout ce qui ne nous apporte pas de la joie rejoint le concept du « beau, utile, pratique » que nous connaissons bien. Le fait de trier par catégorie d’objet est également un conseil avisé que nous avons aussi déjà vu.

Mais, quand on a déjà lu Dominique Loreau, ou que l’on a le niveau « averti » sur le sujet (en lisant ce blog par exemple ), on peut se sentir un peu floué … J’avoue que je m’attendais à autre chose. Alors qu’elle affirme détenir la solution rapide et ultime, finalement, cela rejoint tout ce que l’on connait déjà, son délai fabuleux de 6 mois, vous l’obtenez également avec d’autres méthodes si vous les appliquez. Oui, parce que malgré tout, les choses ne se font pas toutes seules, si on n’applique pas ce que l’on lit, on reste dans la même situation. CQFD.

Pour finir, je dirais que le point le plus intéressant dans tout ça est celui qui concerne la motivation. Chercher les raisons qui nous poussent à vouloir un intérieur moins encombré reste la clé de voute du système. Comme pour tous les buts que l’on poursuit.

Et vous, vous l’avez lu ? Envie de le lire ou pas du tout ?

Si vous ne l’avez pas et que vous souhaitez vous faire votre propre idée : La Magie du rangement

Nouveau mois, nouveau défi

Pour ce mois ci, j’ai envie de me concentrer sur une unique chose  : Me débarrasser des choses qui appartiennent à une vie que je n’ai pas … ou du moins y réfléchir. J’avoue que c’est le grand flou artistique en ce moment pour moi. Qui suis je, où vais je, dans quelle étagère (;-) ) ? Beaucoup de choses ont changé en peu de temps ( comme souvent, avez vous remarqué comme il y a des périodes de « bonds » en avant et des périodes plus creuses ? ), et là, clairement, je fatigue. J’ai du mal à voir où se trouve ma priorité, reconnaître mes capacités ou mes limites. Il est temps de me reposer. Et moi ce qui me repose, c’est de faire du vide.

Pendant ce mois de février, je me suis rendue compte que certains blocages s’étaient levés, je suis prête à laisser partir certains « rêves ». J’ai commencé à trier mon maquillage, je ne suis pas une « beauty addict », lorsque je me maquille, je met de la poudre, du liner et du mascara dans les grands jours … alors pourquoi garder le reste ? le vernis ? Je n’en met pas. ou pas souvent et du clair ou transparent. Objectivement, je n’ai pas de belles mains et si j’arrive déjà à les garder hydratée, je suis contente. Pour les produits de soins, je ne rachète rien tant que je n’ai pas écoulé ce que j’ai déjà … Mon objectif étant de trouver par la suite des produits simples, j’ai bien envie de tester les huiles.Priorité à la simplicité et à l’hydratation ! (Après, soyons clair, je n’ai pas une quantité astronomique de produits non plus, je vais avoir vite fait le tour )

Ma garde robe est relativement peu fournie en fin de compte, donc de ce côté là, je n’ai pas spécialement d’effort à faire. Ce serait même plutôt l’inverse … Avec l’envie de mieux consommer aussi. Non, le gros du sujet pour mars va se concentrer sur les loisirs créatifs … Je suis dans une période « noire » sur ce thème là. Je suis vraiment partagée sur le sujet : concrètement en ce moment je n’ai envie de rien faire et pourtant, je sais que j’aime ça et le temps me manque ou peut être est mon ancien moi qui aimait ça ? Dans tous les cas, je n’aurais jamais le temps (ni l’envie ) d’utiliser tout le matériel que j’ai … Entre les vêtements que l’on m’a donné pour transformation – et finalement ce qui était une gentille attention au départ se transforme en obligation et tout le monde sait qu’une obligation ne donne pas envie … – et ce que j’ai pu acheter pour « … » (au choix : profiter d’une bonne affaire –les soldes– pour tenter un nouveau loisirs créatif, ma folie des grandeurs –mais si bien sur j’aurais le temps de faire tout ça, mes achats coups de cœur –oh ! ça je le verrais bien pour tel projet ! – et finalement me rendre compte que je n’ai pas assez de matière première et donc mettre de côté jusqu’à ce que … )  j’ai un sacré tri à faire ! J’ai déjà commencé, j’ai trié une partie des vêtements à recycler, une partie pour une association ( Action froid ) qui aide les sans abris en leur apportant des vêtements chauds, des couvertures, à manger … Il y a des antennes partout en France, alors si vous avez des manteaux, des duvets, … chez vous dont vous ne savez que faire, ou que vous voulez en faire un peu plus, n’hésitez pas à les contacter ! C’est une amie qui me l’a faite connaître et comme je trouve cette initiative super car cela aide directement les personnes dans le besoin et bien je partage avec vous ! Une autre partie (ce qui était soit trop abimé soit pas de saison pour l’association Action Froid ) est allée dans les bennes Le Relais (après avoir vu le reportage sur Capital j’ai fait bien attention à la benne dans laquelle je déposais mes affaires … )


(émission très intéressante sur plusieurs points, il y a même un reportage sur Béa Johnson alias Mme Zéro Waste Home ! )


 

Et une troisième partie que je conserve pour vraiment les modifier, je me donne 6 mois pour commencer sinon, … ces vêtements finirons leur vie ailleurs …

6 grands sacs ont déjà quitté la maison, mais il y a encore du boulot ! Par exemple trier tout ces boutons, cette laine, cette feutrine, ces magazines …  et en donner une partie à l’école des enfants pour leurs activités artistiques, ou bien à l’association de couture de ma ville …

En dehors de ça, il y a un livre qui est sorti et qui me fait furieusement de l’oeil : La magie du rangement de  Marie Kondo, je serais curieuse de lire son approche apparemment révolutionnaire, l’avez vous lu ?

la magie du rangement

Et vous, qu’avez vous prévu pour ce mois ci ?

(Ah ! et je m’excuse de ne pas toujours répondre rapidement à vos commentaires, j’aime toujours beaucoup vous lire, mais je ne trouve pas toujours les mots ou le temps )

Bonne soirée !

Organiser son grenier

grenier tips

Un peu de méthodologie pour organiser son grenier / garage / débarras / ce que vous voulez … Je me suis noté les points qui me semblent essentiels pour cette activité. Je les partage avec vous aujourd’hui, vous me direz si vous voyez des choses à rajouter …

  • Désencombrer au maximum : on ne peut rien organiser sans désencombrer, on ne garde pas ce qui ne sert pas, cela prend de la place pour autre chose.
  • Utiliser des contenants étiquetés pour chaque catégorie : bien plus pratique et visuel et en plus, cela protège de la poussière !
  • Garder le sol libre : on peut penser que c’est évident mais pas tant que ça. Garder un sol dégagé permet de circuler facilement et d’atteindre les endroits convoités.
  • Classer par zone / catégorie : selon vos préférences. Vous vous retrouverez plus facilement dans vos affaires
  • Faire des étagères : essayez de ne pas empiler, il est beaucoup plus facile d’attraper un carton lorsqu’il est libre. Pas en plein milieu ou tout en bas d’une pile … Et visuellement, cela change tout …
  • Prendre des décisions immédiates : débarrassez vous immédiatement d’un objet dont on sait qu’on ne servira pas ou mettre certaines affaires en attente mais avec un délai annoncé.

Et une fois que notre lieu de stockage ressemble de près ou de loin à l’objectif que nous nous étions fixé, surtout, surtout, surtout, ne jamais y remettre quoi que ce soit « en attendant » sans délai fixe. Je sais que je répète mon dernier point mais en prenant des décisions immédiates, nous nous évitons de refaire la même chose dans 6 mois / 1 an … Et n’oubliez pas que vos affaires doivent vous servir ! Comme le dit si bien la fameuse marque, à quoi ça sert d’avoir des « ….. » (remplacez par ce que vous voulez ) si on ne peut rien faire avec ?

Le jour du défi !

grenier

Nous sommes le 14 ! Le dit jour ! Alors, je ne sais pas comment cela a été chez vous, mais ici, cela a été plus compliqué que prévu, entre les contretemps, les aléas de tous les jours, les maladies, les jours de pluie (oui, oui, ça compte aussi ! ), les jours de pas envie, … et puis il a fallut faire des choix, dans mon idée, je voulais tout refaire, changer les plaques du « plafond », les repeindre, ainsi que le sol, mettre de belles étagères … bref, la totale ! Mais, ayant encore des travaux en attente dans la maison, il n’était pas raisonnable ( à mon sens ) de dépenser une partie du budget travaux uniquement pour le grenier … Résultat : nous nous sommes concentrés sur le plus urgent : vider, installer des étagères avec les moyens du bord et ranger. Coût total : 31 € ( le prix des équerres ). Coût lui même absorbé par les bénéfices réalisés lors d’un vide grenier. Pas mal d’un point de vue financier donc. Et du point de vue place gagnée, c’est assez phénoménal ! Ce grenier, nous y montions les cartons au fur et à mesure, vous savez bien : tant qu’il y a de la place … Oh, bien sur, un tri de temps en temps, un vide grenier ( on en reparlera d’ailleurs !), un réagencement de temps à autre, mais jusqu’à présent, rien qui ne fonctionne réellement. Bien sur, la solution, je la connais, c’est celle que je préconise toujours : on trie, on vide et on range. Mais comme dit dans mon dernier article, certaines choses sont plus faciles à dire qu’à faire … Un défi, voilà la belle idée ! L’émulation faisant, voici l’heure du rendu de copie !

Allez, je suppose que vous voulez voir les photos ! Allons y :

grenier avant

L’état des lieux avant … Ce que vous voyez sur l’image en bas, c’est la quasi totalité du contenu du grenier, une vue d’ensemble étant impossible vue l’ampleur du désastre … (il n’y a qu’à voir les photos du haut ). Oui, je sais, c’est impressionnant … ( et sans doute aussi terriblement décomplexant je suppose ! )

grenier pendant

Les seules images que j’ai pensé à prendre pendant … en bonne voie …

après grenier

Et après de nombreuses heures de désencombrement, des dizaines de cartons donnés, vendus, remis au tri collectif et parfois même jetées : voici le après ! Pas aussi joli que dans mon idée mais propre, aéré, désencombré, organisé … Cet endroit me donnerait presque envie de m’installer un petit matelas afin de me créer un espace lecture … Je dis presque parce que cet endroit se situant au dessus du garage, je ne suis pas sure qu’il soit très douillet cet hiver … Mais le résultat me plait, il y a un coin pour chaque catégorie : Souvenirs, camping, Noël, et même le coin du bricoleur (en bas à gauche … hum, la notion de rangement de l’homme est un peu … différente de la mienne ). Il me reste à y monter les chaussures et vêtements d’été mais cela ne devrait pas prendre trop de place …

Allez, un petit avant / après pour finir !

avant  après grenier

Alors ? Défi relevé ? Et chez vous ? C’était comment ?

SI vous voulez partagez votre travail, vous pouvez le faire ici même en me contactant par mail ou sur la page facebook de la Nouvelle Page !

Se débarrasser de ce qui ne nous appartient pas …

Dans nos vies, beaucoup de choses ne nous appartiennent pas, tant des objets physiques que des pensées ou encore des chemins de vie … Je ne suis pas encore formée pour agir sur tout ces domaines, j’espère que cela viendra, parce qu’il y a tellement de souffrance à soulager, de pas à faire que j’ai envie d’y apporter ma contribution. Le domaine sur lequel je peux agir, c’est celui des possessions matérielles. Je ne dis pas que ce n’est pas difficile, mais tout le monde peut y arriver.

Ne vous êtes vous jamais retrouver à accepter un « cadeau » venant de la famille qui ne vous « parle » pas voir qui vous encombre juste à l’idée de l’avoir un jour chez vous ? Et tout de suite cette pensée que vous ne devriez pas réagir comme cela parce que, tout de même, ça vient de la famille ! Et la famille, tout le monde sait que c’est sacré !

Il y a aussi tout ce que l’on vous « offre » parce que, « toi tu sauras quoi en faire », ces gens qui se débarrassent gentiment ne pense pas qu’ils vous encombrent et que vous vous retrouvez avec un nouveau fardeau, celui de la culpabilité. La pression de devoir faire quelque chose avec ce lègue …

Bien sur, dans certains cas, l’objectif plaisir est atteint ! Et heureusement ! Mais sachez refusez ce qui vous pèse, ce qui vous encombre, ce que vous n’êtes pas prêt à accueillir sur l’instant. Nous avons déjà vu que les « quand j’aurais le temps  » sont bien plus nombreux que ce que l’on fait dans la réalité. C’est un fait. Sachons l’accepter et prioriser nos envies, sous peine de nous faire ensevelir ! Si ces cadeaux sont déjà chez vous depuis quelques temps, il est temps de les laisser partir … don, cadeau, revente, poubelle aussi parfois (mais attention au tri ! ) … les moyens de s’en défaire sont nombreux. N’ayez pas peur ! Les projets et envies des autres leur appartiennent, ils leurs sont propres, vous avez les vôtres. Et il est temps d’agir dessus …

Ranger mon grenier m’a donné une énergie folle (et je n’ai pas encore fini ! ). Et je pèse mes mots ! Le nombre de projets couture (oui, je fais modestement un peu de couture et j’aime recycler les vêtements ) que ma maman m’a léguée est impressionnant ! Je savais très bien sur le moment n’avoir ni le temps ni l’envie de ce qu’elle me proposait, et pourtant, j’ai emmené ces vêtements qui étaient les envies de ma maman, pas les miennes. Je les ai stockés dans mon greniers au cas où, et je les ai oubliés bien gentiment … Avec ce défi, je remet le nez dedans et je suis bien « obligée » (notez les guillemets, rien ne m’oblige, ni vous non plus, à faire quoi que ce soit ) de faire quelque chose à ce propos ! Prendre mes responsabilités une bonne fois pour toute. Je me laisse tout de même de la marge, dans tout ce qu’il y avait, j’en ai gardé peut être la moitié (entre mes tissus et ce qu’il y a à transformer ) et c’est encore un stock que je trouve énorme. Ce qu’il y a de bien, c’est que cela me passe l’envie d’en acheter d’autres et cela m’amène à un nouveau challenge avec moi même : si je n’ai pas touché ces cartons d’ici l’année prochaine (vous voyez je suis large ! ), je m’en débarrasse pour de bon ! Et ce qui change la donne cette fois ci, c’est encore et toujours cette culpabilité, aujourd’hui, je garde ce qui me fait vraiment envie et qui a donc une chance d’aboutir. Si rien ne change, c’est que vraiment, j’avais autre chose de mieux à faire et donc je pourrais les laisser partir sans regrets.

Ici, je donne l’exemple de mes tissus mais c’est valable pour tout. Les vêtements, les livres, les collections de timbres, les ustensiles de cuisine, … Sachez reconnaitre ce qui vous appartient et quelles sont vos motivations profondes, libérez vous de tout le reste ! Vous verrez que vous ne vous en sentirez que mieux !

Et vous, cela vous arrive t il de vous encombrer pour faire plaisir aux autres ? (et vous avez avancé pour lundi ? )

Belle fin de journée !

Motivation !

Maxime personnelle

Bonsoir !

Je suis vraiment vraiment vraiment contente de lire à quel point cette idée de défi vous plait / motive / encourage ! Je pense que vous n’imaginez pas à quel point cela a boosté ma propre motivation ! Alors aujourd’hui je fais un petit point pour répondre à vos interrogations.

1 mois ? cela semble bien peu …

Oui et non, il n’y a aucune obligation de finir à cette date ci. Évidemment, c’est mieux, mais si nous n’avons pas fini, nous prendrons un peu plus de temps. Mais nous aurons déjà bien avancé. Une date trop lointaine fait perdre de vue l’objectif et la motivation. La tendance à la procrastination est alors encouragée. « Je verrais ça le week end prochain, j’ai encore le temps … « . Et c’est ce que je veux à tout prix éviter. Parce que c’est comme cela que nous en arrivons à accumuler les choses à faire. Il est tellement plus facile de s’installer dans un fauteuil, un verre à la main, ou d’aller acheter ce chauffage d’appoint que nous avons mis au grenier cet été et qu’il est plus facile de s’en procurer un nouveau que de passer 2 jours à le chercher …

Le but principal est donc d’arriver à déblayer, ranger, organiser ce grenier mais tout avancement est bon à prendre. Et en un mois, il est possible de faire beaucoup de choses, vous verrez !

Et en parlant de voir : comment fait on pour partager les images ?

Prendre des photos permet de mesurer l’étendue de ce qui a été fait, c’est toujours très impressionnant ! Je vous propose de me les envoyer par mail, ou de les publier vous même sur vos blogs respectifs si vous en avez un en me signalant le lien pour que l’on puisse tous être fier(e)s de nous !

Et si justement je ne veux pas partager de photo ?

Et bien, ce n’est pas une raison pour ne pas participer 😉 nous vous féliciterons tout autant ! Une photo n’est pas obligatoire, on peut ne partager qu’avec son ressenti. Une photo illustre et donne corps à un récit (et fait du bien à notre curiosité il faut bien l’avouer ! ) mais tout un chacun est libre de faire comme il l’entend.

Bon d’accord, mais on s’y prend comment ?

2 techniques : la première que je pratique le plus : s’occuper d’un carton / recoin à la fois. On ne passe pas à autre chose tant que le carton / recoin n’est pas fini. On n’en fait pas trop à la fois, ce qui permet de ne pas se décourager et de garder la motivation. La deuxième que je vais tenter pour ce défi : on sort tout et on ne remet que ce que l’on veut garder. En suivant cette optique (ne remettre que ce que l’on souhaite garder), cela permet aussi de faire des choix plus facilement « Est ce que cet objet mérite réellement la place qu’il occupe ? Est ce que je souhaite lui laisser de la place dans ma vie ?  » Cela semble peut être un peu extrême mais quand on y regarde de plus près, on voit à quel point nos possessions nous envahissent et nous conditionnent. Combien de personnes se sentent oppressées par l’encombrement ?-souvent sans le savoir et même si cet encombrement est relégué dans le grenier, d’ailleurs, c’est impressionnant de voir à quel point le peu que j’ai déjà fait m’a aidé à clarifier mon esprit ! Et si nous allons dans les extrêmes : combien n’osent plus inviter de peur du regard de l’autre sur cette accumulation ? Bon, je m’égare un peu, nous parlions technique. Donc choisissez la méthode qui vous parle le plus, ou qui est techniquement supportable. Parce que l’on met au grenier ce dont on ne se sert plus et qui prend de la place à la maison donc tout ressortir peut ne pas être évident … en sachant qu’on ne pourra pas finir dans la journée donc cela mérite un espace condamné un certain temps …

Ensuite, la technique habituelle avec les 3 tas : A donner/ vendre, A jeter, A garder (éventuellement le carton « intermédiaire » )

Une fois que vous avez tout ce que vous souhaitez conserver, c’est le moment de réfléchir à la façon de ranger qui vous parle le plus et avec laquelle vous vous y retrouverez. Je vous conseille de ranger les articles par catégories (affaires de ski pour toute la famille, piscine gonflable et tout son matériel d’entretien, jouets d’enfants en rotation, … ) mais là encore, c’est votre logique qui prédomine. C’est aussi à ce moment là que vous achetez des contenants si vous en avez besoin . Pas avant d’avoir évalué la quantité à stocker, parce que, se retrouver avec toutes les chaussures d’été d’un côté et une paire d’un autre parce qu’elle ne contient pas dans la boîte, avouez que c’est rageant ! Et c’est aussi un excellent moyen pour passer à côté l’été prochain.(N’oubliez pas de réutiliser tous les contenants que vous pouvez, en cette période de rentrée et d’impôts divers, c’est plus que bienvenue, sans parler du côté écologique -que vous pouvez partager ou non ). Rangez chaque chose à sa place et …

A ce stade là : prenez une photo et appréciez ! Votre mission est terminée !

Je crois que j’ai fait le tour … Avez vous d’autres questions ?

PS : avez vous vu de quelle habile façon j’ai lié le post du jour avec la citation du vendredi ? 😀

PS 2 : j’ai pris du retard dans mes réponses je m’en occupe ce week end que je vous souhaite très bon d’ailleurs ! A très vite !

 

Quand j’aurais le temps …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quand j’aurais le temps … Qui n’a jamais prononcé cette phrase ? Je pense que nous employons tous cette formule, plus ou moins selon les personnalités. Quand j’aurais le temps, je me consacrerais à l’écriture de billets inspirés (ou pourquoi pas d’un livre ), je referais la déco du salon, je m’occuperais des papiers, je tricoterais tous les modèles qui me plaisent, je referais ma garde robe en la cousant moi même (ou simplement en allant faire les magasins ), je changerais mon alimentation, je désencombrerais ma maison, j’irais faire du sport … Quand j’aurais le temps …  Cela ne vous dit rien ? Parce que moi je suis en plein dedans … J’ai passé quelque semaines à me remettre d’une infection. Et si dans un premier temps, j’ai été bien abattue (quand le mental ne veut pas comprendre certaines choses, le corps prend la relève pour forcer à stopper un peu la course ), j’ai réalisé après coup la somme de choses que je laisse de côté pour « quand j’aurais le temps  » et que les journées feront 72 h … Autant dire que ce n’est pas pour tout de suite … Alors comme le temps n’est pas quelque chose qui peut se transformer à volonté, que mes journées ne font que 24 h, il faut trouver autre chose … Observer comment passe sa journée, où passe notre temps libre (internet et sa faille spatio temporelle par exemple), si cela nous satisfait, quels sont nos projets, ce qu’il est réaliste de garder, ce qui nous plait vraiment, et ce que l’on est capable de faire.

Par exemple, j’aime tout ce qui est manuel, mais j’ai réalisé que je n’étais pas forcément douée. Du coup, je stocke des projets en attendant d’avoir le temps. Mais ayant peur de « gâcher » (oui, je vous ai déjà parlé de mon souhait de me libérer de la culpabilité, ça passe aussi par là … ), je ne me lance pas. Hors, cela prend de la place physiquement ET mentalement. Physiquement parce que l’encombrement est là, mentalement parce que d’une tout projet inachevé prend de la place dans votre cerveau et de deux, on (enfin surtout moi, tout le monde ne ressent pas forcément la même chose ) a tendance à culpabiliser soit de ne pas être à la hauteur, soit d’avoir fait un achat que l’on regrette, soit de ne plus avoir les même envies (la différence est subtile avec le point précédent mais elle y est ). Donc, je prend mon courage à deux mains et j’y vais petit à petit, je prend chaque projet individuellement et je me pose la question : En ai- je encore envie ? Ce projet mérite t’il la place qu’il prend dans ma maison, dans ma tête ou est ce que je préfère passer du temps en faisant autre chose (aller sur internet, lire un livre, me balader, jardiner tout est valable, il n’y a pas de notion de jugement à avoir quant à la façon dont vous souhaitez passer votre temps libre mais en prendre conscience pour éviter de culpabiliser après ) ? Si oui, je le conserve et je le termine. Seulement après, je passe à un autre. Cela n’a rien de facile de se regarder en face et de réaliser que certaines choses changent, que nos envies et nos attentes sont différentes. Mais cela libère aussi ! Et on en profite pour faire de la place à ce qui nous plait vraiment sur le moment !

****

Donc pour cette semaine, je vous propose de regarder vos projets « quand j’aurais le temps », et de commencer à en réaliser un. Là, je vous ai parlé de loisirs créatifs parce que c’est ce dont je m’occupe en ce moment mais cela s’applique à tous les domaines : lectures, vidéo, photos, déco, alimentation, … D’ailleurs, sans réfléchir, là comme ça, vous pensez à quoi ?

Désencombrement : Se poser les bonnes questions

Si on habite une grande maison, qu’on a de l’espace mais du bazar, ce qu’il faut, c’est organiser nos affaires. Mais si on a peu d’espace ou moins d’espace que d’objets, que l’on se sent oppressé chez nous dans une ou plusieurs pièces, alors il faut songer à désencombrer …

Désencombrer … enlever ce qui encombre, ce qui gène, dérange … voilà une belle promesse non ? J’ai eu envie aujourd’hui de vous aider à vous poser les bonnes questions pour simplifier le passage à l’acte.

Nous l’avons déjà vu, pour ne pas se décourager face à l’ampleur de la tache, on procède par étape : un tiroir, une étagère, un placard, une pièce à la fois, selon le temps et / ou la charge émotionnelle qui est dégagée.

Mais ensuite ? Face à notre tiroir, étagère, … , on se retrouve souvent à tergiverser pendant deux heures avant de savoir ce que l’on va faire avec le premier objet que l’on trouve : un papier :  » boh ça aucune difficulté, je jette, quoique si je l’ai mis là, c’est qu’il doit y avoir une raison, mince je ne me rappelle plus  »  ou bien  » oui mais ce papier c’est celui qui a servi quand nous sommes allés au mariage de Marinette, il me rappelle de tels souvenirs !!! je ne peux pas le jeter  » C’est une caricature bien sur (quoi que … ) mais je pense que vous avez saisi l’idée. Donc comment faire ? En se posant les bonnes questions pardi !

Prendre chaque objet, se demander objectivement :

  • Est il beau ? bon, là, je ne crois pas que vous ayez besoin d’éclaircissement …
  • Est il utile ? donc utilisé et à quelle fréquence ? Y a t il des objets dans la maison qui aient le même usage ? Si oui, ai je la place pour les conserver tous sans que cela soit encombré ? Suis je prêt à renoncer à autre chose pour leur faire de la place ? Un membre de ma famille l’utilise t il ? ( parce que quand on habite en famille, n’oublions pas que chacun des membres de la communauté familiale a son mot à dire … )
  • Est ce que je l’aime ? oui, parce qu’il y a des objets qui ne sont ni beaux ni utiles mais qu’on aime pardessus tout sans pouvoir l’expliquer, auquel cas, il n’est nul besoin de se faire souffrance et de s’en débarrasser … au même titre que l’on peut très bien détester un objet qui nous rappelle de mauvais souvenirs mais qu’on conserve parce qu’il est utile et objectivement beau, auquel cas, peut importe ce que cela vous coûte : débarrassez vous en ! – encore une histoire de feng shui par rapport aux émotions et aux flux énergétiques engendrées par la présence d’objets non aimés.

Une fois toutes ces questions posées, nous sommes logiquement en mesure de savoir quelle direction va prendre l’objet que nous avons dans la main. Si vraiment après toutes ces questions vous hésitez encore, vous pouvez toujours recourir au fameux « carton intermédiaire » pour une durée déterminée. Si faire ce chemin tout seul vous angoisse, vous pouvez toujours recourir à un coach en organisation ou à moi si vous êtes en région toulousaine ! Il est parfois utile de se sentir accompagné dans cette démarche.

Voilà, j’espère que cet article pourra vous aider dans votre quête à l’allègement ! Si vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez en faire part dans les commentaires.