Archives pour la catégorie reflexion

Minimalism

Non, non, je n’ai pas fait d’erreur ! Minimalism, c’est le titre du documentaire des Minimalists : deux américains, blogueurs de leur état, qui parlent vous l’aurez compris, de  … minimalisme.

Le minimalisme ce n’est pas, comme on me l’a dit hier, vivre sans rien acheter. Non, le minimalisme n’est pas la simplicité volontaire. Bien sûr que minimalisme et simplicité volontaire vont tout de même souvent ensemble. Le minimalisme c’est vivre avec moins. Peu importe combien coûte vos objets, le gaspillage que vous faites ou pas, le tout est de vivre avec l’essentiel. Là encore, cet essentiel diffère selon les personnes. Mon essentiel ne sera pas le vôtre. On ne compare pas. Même si certains vivent avec 100 objets ou moins, il n’y a pas de concurrence à faire dans le minimalisme.   Vivre avec l’essentiel, plus simplement. Voilà le crédo du minimalisme. Certains y ajouterons la qualité, le luxe, d’autre la facilité.  More with less.

Ce documentaire, je l’ai abordé en me disant que je n’apprendrais rien de nouveau ( bon état d’esprit s’il en est 🙂  ! ). Et effectivement, je n’ai rien appris. Mais il m’a apporté. J’ai d’abord été contente de voir des blogueurs que je lis parfois : Léo Babauta, Joshua Becker, Courtney Carver ( du défi 333 ) … Et puis, il m’a rappelé ce que j’ai un peu perdu de vue ces derniers temps ( ou du moins que je n’arrive pas forcément à mettre en pratique comme je le voudrais et que j’ai laché …  ), cela m’a remotivée à vivre mieux avec moins. A simplifier ma vie. Nous n’avons qu’une vie. Autant la vivre bien. Alors, bien sur, je ne fais pas parti des plus gros consommateurs au monde, mais je le suis suffisamment pour tomber dans le panneau parfois. Cédant aux sirènes de la consommation, à l’attrait de la nouveauté, à la fatigue, au comblage de vide tout simplement. Il est temps pour moi de renouer avec ce qui compte.

Je suis heureuse de vivre dans un monde qui nous permet un accès si vaste à l’information, qui nous lie ( autant qu’il peut nous opposer, nous sommes bien d’accord mais tout est affaire de préférence et mon choix va plutôt vers la ré – conciliation ). Aussi, je vous encourage à voir ce documentaire si vous êtes sensibles au sujet ( disponible sur Netflix, amazon, viméo … ) ainsi que les deux conférences Tedx ci dessous.

Je vous joins leur message parce que je le trouve beau et parlant :

{ Love people, use things because the opposit never works. }

Aime les gens, utilise les objets parce que l’inverse ne marche pas.

 

Sagesses Bouddhistes : La crise de la civilisation moderne

Pour répondre à tea with milk ( avec un peu de retard … ) voici l’émission précise qui m’avait inspiré l’article précédent :

Cette émission passe le dimanche matin de 8h30 à 8h45 et est disponible en replay ou sur la chaine Youtube !

Je vous souhaite un bon visionnage !

 

Expérience : de la Théorie à l’Action

Dimanche matin, alors que je regardais Sagesses Bouddhistes ( mon petit plaisir du dimanche, je trouve cette émission franchement apaisante, les thèmes sont assez variés bien que tournant autour du bouddhisme, bref … ), j’ai été frappée par la justesse d’une phrase  de l’invité Lire la suite

Accréditation

Du verbe accréditer : selon le Larousse :

  • Rendre quelque chose croyable, vraisemblable ou reconnaître officiellement comme vrai en parlant de quelqu’un, d’un organisme : Enquête qui accrédite la thèse de l’attentat.
  • Officialiser un mot, une expression : Accréditer un anglicisme.
  • Ouvrir un crédit au moyen d’un accréditif.
  • Attester des qualités diplomatiques du personnel envoyé dans un pays étranger.

Lire la suite

{ 2017 }

A vous qui passez lire ces lignes, je vous souhaite une très belle et douce année 2017.

Je nous souhaite de respecter nos individualités, de nous traiter avec bienveillance, de toujours partir explorer de nouveaux chemins, de tenter, d’oser, de relâcher la pression, d’accepter l’imperfection et d’y voir la beauté de l’effort, de rater, de recommencer et d’écrire de nouvelles pages chaque jours 😉 !

A bientôt !

Les jugements

oléronS’il y a bien quelque chose qui est difficile à enlever/diminuer dans notre fonctionnement, ce sont bien les jugements …

Quelle que soit la situation, nous jugeons. Et c’est également la source de bien des ennuis. Quand je juge quelqu’un, j’amène une part de moi, de mes idées dans ce que la personne en face de moi traverse. Souvent je ne cherche pas à comprendre ce qu’il se passe en elle, je cherche soit à lui apporter MA solution, soit à me confirmer que JE pense de la bonne manière et que donc l’autre à tort.

Nos jugements sont le reflet de notre état d’esprit. Ils peuvent être positifs ou négatifs. Depuis l’an dernier, je m’applique beaucoup à travailler mon non jugement. A entendre derrière les paroles ce qui se joue pour l’autre. Parfois j’y arrive, parfois non. Et la surprise derrière tout ça, c’est que c’est beaucoup plus facile avec des « inconnus », et bien sur, avec les / mes enfants. Quand je dis surprise, ça n’en est pas vraiment une, parce qu’il y a derrière l’attente ( ou plutôt le jugement ) consciente ou inconsciente de ce que devraient être l’attitude de nos proches. C’est ce jugement là qui est le plus difficile à faire partir. Accepter que l’autre puisse voir en nous une part de lui avec laquelle il n’est pas totalement à l’aise. Car le jugement, quand on l’observe, est un révélateur. Accepter de pouvoir en être blessée. Le questionner pour nous permettre d’aller un peu plus loin dans notre connaissance de nous même et rendre ainsi la « pratique » de plus en plus facile. Cela a aussi de profondes répercussions sur ma façon d’être, je ne les maitrise pas encore très bien ces répercussions, le chemin est encore devant moi … mais je commence à l’apprécier davantage …

Just Do it

roundLaurence, tu as tapé dans le mille … je me complique la vie … Je suis totalement d’accord avec toi et sprit … Ceci dit, il y a de l’amélioration … Car, c’est une chose de le faire, une autre de s’en rendre compte et encore une autre de s’en libérer … Dans le processus de CNV, on apprend qu’il y a 4 stades ( et je pense qu’ils s’appliquent à beaucoup de domaines également, du moins tous le domaines d’apprentissage )

  • le stade où l’on est inconsciemment incompétent
  • le stade où l’on est consciemment incompétent
  • celui où l’on est consciemment compétent
  • et enfin celui on l’on est inconsciemment compétent

J’apprends donc juste à lâcher prise puisque c’est bien de cela dont il s’agit … Le lâcher prise finalement se fait également dans plusieurs domaines, certains plus simples que d’autres … Ou bien, est ce que tout ne serait il pas relié à la même chose au fond, à savoir l’égo ? Est ce que la vie n’est pas plus simple qu’il n’y parait ? ( Vous avez 4 heures et ça compte pour le bac … )

Alors, je vais tenter des petites expériences avec moi même comme publier ce texte totalement inabouti vous en conviendrez, juste comme une petite introduction à ce que j’ai envie de faire et comme le dit si bien Maître Nike : Just do It …

Belle fin de journée à vous !

Mais … faut il obligatoirement appartenir à une catégorie ?

06 2016Je le disais vendredi, ce n’est pas un manque d’inspiration qui m’empêche d’écrire mais un blocage.

Je travaille beaucoup sur les jugements, les étiquettes qui nous empêchent d’être nous même et ce, dès l’enfance. Parce que l’enfance, les relations parents / enfants, c’est mon truc. Donc, le sujet, je le connais un peu quand même. C’est une composante très forte en CNV également ( enfin, je dis également mais c’est un grand tout ) mais je suis encore un girafon ^^ .

Et pourtant … Concernant ce blog, je ne l’ai pas vu venir … Il faut dire que les blogs sont, en général, assez catégorisés. Vous avez les blogs qui traitent du minimalisme, du zéro déchet, de la couture, du tricot, du DIY en tout genre, de la beauté, de la forme, de la famille, les « life style », les aventuriers bref une multitude de sujets sont traités et assez bien identifiés dès le départ, un peu comme une spécialisation en fait.

Pour ma part, si je devais me définir ou définir les sujets qui m’intéressent, je dirais que je suis plutôt à tendance minimaliste, à tendance consommation raisonnée ( oui, un peu comme l’agriculture raisonnée en fait ), avec un brin de psycho, de réflexion, de bien être, d’organisation, de déco, de yoga ( et peut être un peu de running ), de spiritualité, un zeste d’alimentation et de lecture. C’est donc logiquement ce que j’ai eu envie de partager sur cette page, avec toujours la volonté d’aller chercher le meilleur de moi tant qu’à faire. Alors, au final, si j’ai commencé par beaucoup d’organisation et de désencombrement, le développement personnel prend maintenant une part importante. Pourtant me classerais je dans une ou l’autre catégorie ? Sont elles au final complémentaires ou opposées ?

Nous le savons tous, l’être humain est un être complexe avec une certaine dose de paradoxes. Et si je les vis assez bien au quotidien ( du moins, j’en ai l’impression, ou j’y travaille si nécessaire et vu que je n’ai pas de souvenir marquant à ce sujet, c’est que ce doit être ok pour moi ^^ ), ici, je ne m’autorise pas les mêmes choses. Ce qui est assez « nul » j’en conviens, parce que pour le coup, je me prive toute seule de partager des choses qui me plaisent. POURQUOI me direz vous ? ( – ou pas d’ailleurs ! ) Et bien c’est ce à quoi j’ai réfléchi ces derniers temps … Pour vous donner un exemple concret : une box de yoga est sortie récemment. J’étais très enthousiaste, j’ai beau être à « tendance minimaliste », quand un sujet me plait / passionne, je suis comme tout le monde, je peux facilement craquer. Bref, j’ai beau ne pas tellement aimer le concept des box ( enfin surtout l’abonnement mensuel en fait ), celle ci me rendait particulièrement joyeuse ( et j’ai vraiment hâte de voir ce qu’elle va donner sur la durée ) et je me suis permise de les contacter afin d’en savoir un peu plus ( curieuse je suis ) et de vous faire un petit article de présentation également parce que je me suis dit que cela pouvait en intéresser certaines ici. Ceci étant, au moment de rédiger, je me suis dit que cela pouvait en pousser à la consommation et que par rapport à ma « tendance consommation raisonnée » et  » écolo » cela ne matchait pas … ( une copine m’a rajouté que ce n’était pas très esprit yoga tout ça )  Y a t- il en effet moins raisonnable que les box en terme de consommation ? Tous les mois, vous payez pour quelque chose dont vous n’avez ni forcément envie, ni besoin. Ne vaut il pas mieux en effet choisir consciemment ce dont on a envie / besoin ?  En même temps, se faire plaisir de temps en temps, ce n’est pas un crime non plus et si une box est la seule « folie » du genre … ( là je parle d’un point de vue personnel, selon mes aspirations, je ne juge absolument pas celles qui commandent des box  … )  Bref, je me suis retrouvée tiraillée entre plusieurs parts de moi même, la plus forte étant la part perfectionniste, celle qui souhaite être cohérente en tout, qui a peur de ne pas être aimée si elle déraille. Raisonnablement, quand j’y réfléchis, je trouve cela ridicule. Je SAIS que l’amour est une force intrinsèque. Pourtant, mécaniquement, quand je le vis, c’est parfois loin d’être aussi évident. Je travaille donc encore à plus d’harmonie – ce qui compte c’est le chemin n’est ce pas 😉 -, à laisser tomber les jugements me concernant ( ce sont les pire je trouve ), à me laisser guider par la joie et non la peur – même si cela passe par des contradictions comme vous présenter une box yoga alors que je parle également de consommation raisonnable et de désencombrement, parce que la vie c’est un peu ça également, un savant équilibre entre nos aspirations et nos envies … même contradictoires !

Aussi, dans un souci de cohérence personnel, vous pouvez vous attendre à lire ici des articles traitant de tout et de rien, certains vous poussant peut être à la consommation ( auquel cas, je fais appel à votre sens critique et à votre libre arbitre ) et d’autres sans mercantilisme aucun 😉 !

Je vous souhaite une belle fin de week end et peut être à très vite !